Force fragile

Ces lignes sont pour toi, Marie…
Je me permets de t’appeler comme ça, par discrétion,
mais aussi parce que je sais que tu as des raisons de t’y reconnaître…
Ces lignes sont pour toi, Marie, qui viens de m’écrire :
« Oui… Je me sens encore fragile mais c’est peut-être une chance pour tous !
Je t’ai répondu :  » fragile et forte à la fois… et c’est dans cette alliance des deux que tu peux être toi-même et rayonner de l’amour… » Et je voudrais expliciter ma réponse, pour que ça ne reste pas des mots faciles, mais que ça te permette d’en vivre !

Ces lignes sont pour toi, Marie, mais aussi pour chacune et chacun de nous
qui faisons quotidiennement cette expérience de nos fragilités… et de nos forces !

Fragile OU  fort ?

Ce sont deux opposés qui semblent contradictoires a priori.

Fragilité ou force…
Certains ne valorisent que leur force : ils veulent être les premiers, les plus forts, les gagnants, avec le risque de tout bousculer sur leur passage pour arriver à leurs fins. La force toute seule s’impose, opprime et fait violence.

D’autres se dévalorisent au nom de leurs fragilités : ils se sentent toujours plus petits ou incapables et risquent de développer des stratégies d’échec, parce que la conscience de leurs fragilités empêche l’estime de soi et la confiance en soi.

Corps de chair et d’os
Certains s’imposent de façon rigide, sans discussion possible : ils ressemblent à un squelette à qui il manque la souplesse des articulations et des muscles… Ils ne sont pas à l’abri de se briser au premier obstacle…

Certains s’écroulent au premier souffle ou à la première contradiction, comme une poupée de chiffons à qui il manque une armature pour tenir debout… ou comme une marionnette qui se laisse piloter par d’autres…

Intransigeance et doute
Certains  imposent leurs points de vue comme des vérités indiscutables et refusent toute discussion. Ils pensent qu’ils ont raison, envers et contre tout, et ils apparaissent sûrs d’eux… Le sont-ils vraiment ? N’ont-ils pas plutôt peur de perdre leurs certitudes ? S’ils avaient une vraie confiance en eux, ils accepteraient le dialogue et les avis différents, y trouvant l’opportunité d’élargir leurs connaissance et de renforcer la cohésion…

D’autres n’osent pas s’exprimer, parce qu’ils ont peur de dire des bêtises et d’être jugés par les autres. Ils ont peur d’avoir tort et préfèrent se taire plutôt que d’être rabroués. Est-ce vraiment la peur du jugement des autres qui les fait taire ? ou le déficit d’estime de soi et de confiance en soi ?

Fragile ET fort

Force ET fragilité : ce sont comme les deux extrémités d’un arc qui permettent de tendre la corde et de donner à la flèche son élan. Ce sont les deux pôles opposés de l’arc de nos vies ! S’il manque l’un des deux opposés, il n’y a plus de tension dans la corde, et la flèche de la vie ne décolle pas…

Certains chefs utilisent leur force et leur pouvoir pour écraser leurs subalternes qu’ils regardent de haut. Mais ils fragilisent leur entreprise et ils se fragilisent eux-mêmes en dégradant la motivation et la santé de leurs salariés…

D’autres chefs utilisent la même force et le même pouvoir pour soutenir leurs collaborateurs qu’ils regardent comme des partenaires… Car ils savent que, quel que soit leur pouvoir, ils ne peuvent rien sans l’action et l’initiative de leurs collaborateurs. Ils connaissent l’équilibre fragile entre les enjeux de rentabilité et le respect des personnes. Ceux-là savent qu’en prenant soin de leur bien être et de leurs fragilités, ils se donnent toutes les chances de multiplier les énergies créatrices.

Certains parents et éducateurs exercent leur autorité avec rigueur et sévérité et punissent toutes les fautes, parfois de façon humiliante. Et s’étonnent ensuite du taux d’échec et de délinquance que cette attitude éducative déclenche.

D’autres parents et éducateurs savent que les erreurs sont des occasions d’apprentissage et de progrès et ne ratent pas une occasion de valoriser leurs enfants ou élèves et de leur rappeler qu’ils sont capables de progresser. C’est en accompagnant leurs fragilités qu’ils ouvrent des voies de succès et de confiance en soi.

Heureuses forces qui nous donnent la possibilité de croire en nous et de prendre notre place dans le monde !

Heureuses fragilités qui nous donnent l’énergie de progresser et d’accueillir les soutiens qui nous sont proposés pour dépasser nos obstacles.

Forces fragiles

Vous êtes vous déjà regardés marcher ? Lorsque vous êtes debout, vous tenez sur vos deux jambes, et si vous êtes en bonne santé, vous vous sentez fort et stable, sans risque d’être déstabilisé par le premier coup de vent. Mais pour avancer, il faut vous jeter dans la fragilité de l’équilibre instable, d’une jambe sur l’autre… avec la contrainte supplémentaire de vous adapter aux irrégularités du sol, et le risque de vous tordre un pied. C’est en acceptant cette fragilité que vous avancez !

Avez-vous déjà regardé les pentes du volcan de la Fournaise ? ou le mur qui entoure votre propriété ? Ces roches volcaniques et ces murs sont suffisamment forts pour ne pas vaciller. Mais c’est dans leurs fissures de fragilité que germent les plantes et les fleurs !

Sans nos fragilités, nous serions enfermés dans nos certitudes et envahis de méfiance envers toute personne qui pourrait venir nous affronter. La force toute seule produit le mépris, la peur, la vengeance, la violence.

Dans nos fissures et nos fragilités  nous sommes capables d’appel au secours, de demande de soutien, d’énergie pour dépasser nos limites.

Dans nos fissures et nos fragilités, nous sommes capables de nous serrer les coudes pour avancer ensemble, pour nous dépasser, pour compter les uns sur les autres… Nous sommes capables d’aimer…

Dans nos fissures et nos fragilités, nous sommes capables de confiance en nous et en nos capacités pour affronter les défis… Nos plus grandes fiertés surgissent quand nos fragilités nous ont conduit à oser !

Enfin, nos fissures et nos fragilités nous révèlent ce qu’est la vraie force : non pas la force de nos boucliers et de nos armes qui écrase et qui détruit, mais la force créatrice : celle qui surgit du dedans, celle qui vient du cœur, pour nous tenir debout et nous rendre humain, fort et fragile.

François Mitterrand parlait jadis de « la force tranquille ».
Permettez-moi de proposer aujourd’hui : « la force fragile »

Ma chère Marie…
C’est quand tu accueilles et prends soin de ta fragilité que tu deviens forte !
Ose tracer ta route !

Marc THOMAS, Consultant formateur en « Compétences relationnelles »
décembre 2017

Écrire à l’auteur : mthomas@competences-relationnelles.com
Photo : Patricia Lebon
Téléchargez cet article en pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *