Archives pour la catégorie Confiance en soi

Oser parler

Couverture2Yvette* est retraitée et arrive à la formation en disant à mi voix : « Moi je viens seulement pour écouter ». De fait elle ne parle qu’à sa voisine bien connue. Dans l’après-midi, elle doit participer à un exercice où trois personnes reformulent ce qui vient d’être dit. Elle me fait signe qu’elle n’a rien à dire. Je lui dis : « Yvette, seulement un mot… » Elle hésite longuement, puis sort finalement deux phrases… et tous s’accordent à dire qu’elle a fait la reformulation la plus juste !

Le lendemain Yvette, toute heureuse, a apporté un repas à partager avec tout le monde. Elle s’exprime joyeusement dans les pauses, encore timidement dans le travail. Au moment de partir, elle vient me dire : « Merci car, depuis toujours, j’étais renfermée. Vous m’avez libérée ! » – « Yvette, c’est vous qui vous êtes libérée toute seule en osant dire. » Il fallait seulement un climat où Yvette serait sûre que personne ne la jugerait.

Claire*, jeune mère de famille, est éducatrice spécialisée. Elle a vécu des expériences traumatisantes dans l’emploi qu’elle a quitté : un sentiment d’exclusion, de rejet, de racisme… au point d’en être profondément meurtrie. Elle est très émue, puis aussitôt elle parle de sa famille qui est le trésor de sa vie. Elle s’accroche à ce trésor et retrouve alors des paroles d’espoir, elle trouve en elle le ressort pour rebondir ! Heureusement que personne ne lui a donné des paroles de consolation à bon compte !

Je la retrouve quelques jours après : elle est en attente d’une proposition d’embauche, mais elle dit qu’elle ne se reconnaît plus dans sa léthargie. Je lui demande alors ce qu’elle aimerait faire si elle avait vraiment le choix. Elle me parle de ses désirs, de sa capacité à accompagner des enfants, des familles en difficulté. Je lui confirme l’intérêt de son projet. Reconnue dans ses désirs, l’énergie revient d’elle-même, et elle commence à parler d’organismes qu’elle pourrait aller rencontrer pour proposer ses compétences. Le moteur s’est remis en marche parce son désir a pu être exprimé et entendu.

Sandra* est responsable d’équipe dans une collectivité. Au premier soir de la formation, elle me dit que la formation ne l’aide pas « parce je m’efface tout le temps pour faire plaisir à l’autre et pour ne pas blesser ». Elle ne voit pas comment s’en sortir. Nous pointons que ça parle d’une longue histoire. Je lui demande : « Pourquoi penses-tu que si tu t’affirmes sans agressivité, l’autre va nécessairement être blessé ?  Tu n’es pas venue sur cette terre pour faire plaisir à l’autre, mais pour donner le meilleur de toi-même : ainsi le plaisir sera partagé !»

La semaine suivante, Sandra a pu affirmer son point de vue sur sa place et sa mission devant son Chef de Service. Elle me raconte : « Avant la formation, je me serais effacée et n’aurais rien dit. C’est la première fois que j’ose dire et du coup, mon chef m’a demandé de quoi j’aurais besoin pour mieux remplir ma mission. »

Oser parler pour être soi, pour être libre, et ainsi construire des relations justes et constructives !                              

Marc THOMAS, Consultant Formateur en « Compétences relationnelles »
Octobre 2012

PDF1

En toi est la source de ce qui te manque

Tu as beaucoup d’attentes vis-à-vis des autres. Tu voudrais qu’ils t’écoutent, qu’ils prennent soin de toi, qu’ils répondent à tes demandes, à tes exigences… Tu as souvent l’impression de donner beaucoup aux autres et de ne pas recevoir à la mesure de ce que tu donnes…

Je reviendrai plus bas sur ce que nous pouvons attendre des autres. Mais je veux seulement te rappeler ici que la satisfaction de nos besoins vitaux est toujours de notre responsabilité : c’est la conséquence de notre autonomie et de notre liberté. Et si tu attends tout de l’autre, tu transformes cet autre en « esclave » de tes besoins et de leur satisfaction.

C’est d’abord en toi qu’est la source de ce qui te manque…

Par exemple, si tu as besoin de repos, c’est ton corps et ton esprit qui expérimentent la fatigue, et personne ne peut se reposer à ta place ! Plus tu dis que c’est les autres qui t’empêchent de te reposer, et plus tu amplifies toi-même ta propre fatigue. Lorsque « trop c’est trop », c’est toi, et toi seul, qui a la responsabilité de dire « stop ». Dire que c’est la faute des autres n’est qu’une fausse excuse parce que tu n’as pas osé dire non ou tu n’as pas appris le dire autrement que par la rancœur ou la colère. Si tu as besoin de bien-être, il est de ta responsabilité d’en trouver les moyens : pourquoi remettrais-tu à l’autre les clefs de ton bien-être ?

Autre exemple : tu as besoin d’être reconnu… Ce besoin est légitime… Mais souvent tu attends de façon haletante que les autres te reconnaissent et te valorisent : tu es à l’affût de ce qu’ils vont dire, tu as un énorme besoin de leurs compliments, et tu es fort blessé si cette reconnaissance n’est pas exprimée… Cette réaction douloureuse est aussi le signe que ta propre confiance en toi est fragile… Le jour où tu es allé trouver en toi qui tu es et quelle est ta propre valeur, tu constates que les critiques des autres t’atteignent moins. Tu n’as plus besoin de leur reconnaissance pour aller bien, mais tu la reçois comme un cadeau gracieux et gratuit. Et même tes limites ou tes erreurs ne déclenchent plus ta peur d’être jugé, mais elles deviennent des occasions de complémentarité et de relation constructive.

Même ton désir très (trop) fort de rencontrer quelqu’un n’est pas d’abord un désir de l’autre, mais un besoin en toi… Ceci peut être très clair dans la tête et le mental, mais difficile à ressentir et à vivre dans la canalisation des affects et des manques…

Dans ton attente de vivre une rencontre amoureuse, deux mots très forts se sont imposés à toi : tu as besoin de respect (attentionné, présent, disponible …) et tu as besoin de tendresse (douceur, intimité, délicatesse…). Ces besoins, tu en attends légitimement la satisfaction dans une rencontre. Et pourtant ces besoins parlent d’abord de toi, de ce que tu es, de ce que tu sais apporter à ceux qui te sont proches… Tu sais te rendre disponible et te donner avec délicatesse, dans le respect de la démarche de l’autre… Tu sais donner cela aux autres… mais tu ne sais pas encore te le donner à toi-même…

Le chemin qui te reste à faire est de trouver en toi ce respect et cette tendresse qui t’habitent et dont tu as tant besoin pour toi-même…

Le respect passe par un accueil attentionné de ce qui résonne en toi : ce que tu ressens et ce que tu désires ; ta capacité à nommer et à prendre en compte tes valeurs propres, tes compétences et tes limites ; la confiance que tu t’accordes dans ta manière de percevoir la vie et de te situer au milieu des autres ; le choix de prendre soin de ta santé, de tes rythmes de vie, du minimum de confort dont tu as besoin pour être efficace…

La tendresse passe par une bienveillance envers toi-même, surtout quand tu es confronté à tes limites, à tes erreurs, à tes échecs. Une bienveillance qui proscrit tout jugement sur toi-même, qui analyse les raisons des échecs et te permet d’apprendre de tes erreurs. Une bienveillance et une tendresse qui te permettent de te rappeler que le soleil est toujours présent derrière les nuages, de fêter avec plaisir tes avancées, d’accueillir avec joie les cadeaux relationnels offerts dans les échanges chaleureux avec tes proches…

Quand tu pourras adhérer à cela en profondeur, tu trouveras tes propres mots pour l’exprimer et surtout, tu le ressentiras comme une grande émotion : tu toucheras alors à ton besoin et à la source de sa satisfaction en toi, et tu ressentiras quelque chose comme un élargissement, une sensation de profondeur… Tu constateras alors que tu es plus serein, moins affecté par les réactions des autres, moins impatient ou moins exigent vis-à-vis de ce que tu attends d’eux…

Certes, cela ne supprime pas le bonheur espéré d’une rencontre ou d’un partage, ni même la demande faite à l’autre de contribuer à la satisfaction de mes besoins. Cela ne supprime pas non plus tout manque ni toute impatience. Mais une sorte de « bascule » est alors en train de se faire qui va te permettre d’être moins « agressif » dans ton désir, de sortir de la rancœur et de la colère : tu auras cherché d’abord la source de leur satisfaction en toi. De ce fait, tu n’attendras plus de l’autre qu’il soit « aux ordres » de tes besoins, mais tu entreras en négociation ou en collaboration avec lui, dans une relation d’échange pour la satisfaction de tes besoins… et probablement aussi des siens par la même occasion !

Bien à toi…
Marc                         Jaillissement130x81                 mthomas@competences-relationnelles.comPDF1

« Trois pas en avant, deux pas en arrière… »

Connais-tu cette expression : « Dieu écrit droit avec des lignes courbes » ?

Une progression telle que celle que tu as entreprise n’est jamais linéaire.
Elle ressemble plutôt à des vagues qui se retirent pour mieux avancer ensuite.
Ou à une danse : « 3 pas en avant, 2 pas en arrière »

Le problème serait qu’il y ait plus de pas en arrière qu’en avant !!!

Cette fluctuation est parfois difficile à vivre,
parce qu’elle peut donner l’impression de repartir vers le passé.
Mais elle fait partie du processus.

Question à te poser :
les dysfonctionnements sont-ils aussi forts et aussi fréquents qu’avant ?

Ces fluctuations disent aussi l’importance de continuer l’accompagnement
pour faire les réglages nécessaires,
et pour favoriser le travail qui se poursuit inéluctablement à l’intérieur de toi.

Dans ton emploi du temps même serré, faire place à des moments pour toi :
donne-toi le droit de faire de ces moments une priorité pour toi.

Bien à toi…
Marc                         Jaillissement130x81                                    mthomas@competences-relationnelles.com

Paroles pour temps de vacances

Le pardon, c’est le don par-delà la faute.
C’est ce que tu es capable de donner à l’autre après sa faute.

Le caprice veut qu’on lui donne tout de suite
ce que le besoin va prendre les moyens d’aller chercher.

Tisser sa vie…Tisser sa vie...
Tirer les fils,
retendre ou renouer ceux qui ont lâché,
élaguer ceux qui encombrent,
restaurer les espaces,
faire apparaître les couleurs,
retrouver leurs harmonies,
et laisser résonner les harmoniques…

Transformer nos barrières en pistes d’envol

Dev-Hum-Couverture1Souvent, j’écoute des personnes me dire à quel point elles aimeraient changer… Mais elles ajoutent aussitôt que c’est impossible : leurs défauts ou leurs incapacités, le jugement ou la pression des autres, les bonnes résolutions toujours impossibles à tenir… Et finalement la désespérance et le sentiment d’échec : « Je suis comme ça », « c’est ma nature », « je n’y arriverai jamais »

Je me suis souvent dit cela pour moi-même à une période de ma vie, en particulier par rapport à mon stress et surtout mon agressivité.

Mes bons amis me disaient parfois : « Nous apprécions ce que tu es, mais quand tu n’es pas d’accord, tu as des mots qui tuent, tu deviens agressif, et si une personne « ne te revient pas », tu lui règles son compte de manière blessante. »  Lorsque mes amis me le disaient, je savais que c’était vrai. Mais sur le moment où mes paroles étaient agressives et blessantes, je ne m’en rendais pas compte : tellement envahi par mon stress ou mon énervement, je ne pouvais pas percevoir l’impact de mon attitude sur l’autre. Combien de fois ai-je dit : « Je suis comme ça, je ne peux rien y changer… » J’étais déçu de moi-même, et en même temps je demandais aux autres de me prendre comme j’étais et de ne pas y faire attention… Mais cette agressivité blessante restait une barrière relationnelle, et je ne voyais pas comment en sortir.

Et puis des évènements importants m’ont conduit à faire un travail accompagné sur moi-même… J’ai cherché les causes de mon stress, de mon énervement, et de mes conduites agressives. J’ai découvert que ces « barrières » relationnelles n’étaient que la manifestation de mes peurs, de mes mal-être et d’un manque de confiance en moi. Si bien que tout désaccord ou toute attitude qui venait me contrarier m’apparaissait comme un danger pour moi, et surtout une remise en cause de ma personne. Envahi d’un sentiment d’insécurité qui alimentait mon stress, je me défendais par l’énervement et l’agressivité…

J’ai écouté ces peurs, ce stress, ce sentiment d’insécurité… J’en ai cherché les origines dans mon histoire personnelle… J’ai identifié mes besoins, mes aspirations… J’ai nommé mes capacités et mes limites, mes solidarités et mes contextes de vie favorables ou défavorables…Alors que jusqu’à présent, je m’étais trop laissé guider par les orientations et les décisions des autres, je me suis mis à interroger mes choix et mes enjeux, à affirmer mes valeurs, mes objectifs et mes projets… Comme par hasard, dans cette écoute accompagnée de moi-même, j’ai vu grandir mon estime, à la fois de moi-même et des autres… J’ai appris à me protéger de ce qui me portait atteinte… et j’ai vu se développer ma confiance en moi.

Comme dans les histoires de vases communicants, l’estime et la confiance en moi se développaient, et automatiquement, sans effort, mon stress et mon agressivité se dissolvaient. Les personnes que je rencontrais me disaient : « Tu sais nous écouter maintenant ; quand tu n’es pas d’accord, on peut discuter avec toi sans se faire rembarrer ; et tu parais plus calme et plus serein ». Depuis, l’écoute et les relations humaines sont devenues mon métier, on me sollicite pour traiter des conflits et pour être médiateur…. Et quand j’anime des formations sur la gestion du stress et de l’agressivité, des participants me disent parfois : « j’ai l’impression que vous connaissez bien ce dont vous parlez ! » Mes anciennes barrières d’agressif se sont ouvertes par un travail sur moi et sont devenues la piste d’envol de mes activités d’aujourd’hui et surtout de mon bien-être quotidien.

Bien sûr, ce travail est sans cesse à poursuivre. Lorsque je suis fatigué ou lorsque je suis confronté à des situations déstabilisantes, je sens mes vieilles ornières revenir… Je sens les barrières du stress et de l’agressivité qui risquent de se refermer. La grande différence avec le passé, c’est que je sais aujourd’hui : je sais que la situation difficile que je vis n’est pas la cause de mon stress et de mon agressivité : elle n’en est que le déclencheur. La cause du stress et de l’agressivité est en moi et ne parle que de moi, de mes limites, de mes peurs, de mon sentiment d’insécurité. Les écouter et les nommer me permet de mettre des limites, de me retirer avant d’agresser, de me reposer avant de traiter le problème… Je peux aussi transformer le reproche que j’ai envie d’adresser à l’autre en affirmation de mes limites et de mes choix, de façon sereine et constructive. Je n’y arrive pas toujours et je laisse parfois échapper des paroles qui font mal… Mais sachant que ça parle de moi, je n’en accuse plus l’autre et je peux plus facilement lui proposer de restaurer la relation.

Pour chacun de nous il en va de même : nos barrières ne s’ouvriront jamais par des résolutions à prendre, par exemple pour « faire des efforts pour être plus gentil ou moins agressif » : vous savez bien que ce genre de résolution ne marche pas quand reprend la pression du quotidien ! Alors pourquoi continuez-vous à en prendre ? Vos cœurs deviennent les cimetières de vos résolutions non tenues, envahis des fleurs fanées de vos désespérances sur vous-mêmes ! Et vous finissez par vous enchaîner vous-mêmes à vos propres barrières, vous croyant incapables de changer et même d’avancer ou mettant sur le dos des autres ou de la société la responsabilité de vos échecs…

Pour en sortir, portez un regard bienveillant sur vous même en arrêtant de vous faire des reproches ou de vous dire incapables. Écoutez vos barrières et cherchez leurs causes en vous et non en l’autre… Écoutez aussi vos aspirations. Faites-vous accompagner si nécessaire par quelqu’un qui ne vous donnera pas de conseils, mais qui saura vous guider vers le meilleur de vous-même et vers la confiance en vous. Et vos cœurs deviendront la source vive de votre confiance et de vos choix, la pépinière de vos objectifs et de votre « devenir humain ». Regardez la photo qui illustre cet article : c’est sur les épines que les fleurs ont poussé ! C’est à partir de nos barrières que chacun de nous peut construire ses pistes d’envol. Il suffit de croire en soi ! Chiche ?

Marc THOMAS, Consultant formateur en « Compétences relationnelles »
février 2015

 Téléchargez ce texte en format PDF

« Tu ne sais jamais à quel point tu es fort »

Dev-Hum-Couverture1« Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu’au jour où être fort est ta seule option » (extrait de www.fitnext.com)

J’ai reçu cette phrase par une amie qui a fait preuve d’une force incroyable, ces dernières années, pour soutenir ses proches en grande difficulté…

Ce n’est pas la force des coups qui écrase et qui opprime… La force de toutes les prises de pouvoir et de tous les règlements de compte… Cette force ne produit que la violence. Elle laisse des champs de ruines.

Ce n’est pas la force des prises de pouvoir illégitimes… L’autoritarisme dont s’habillent un certain nombre de chefs  ne manifeste que leur incapacité à inspirer le respect et leur peur de perdre leur pouvoir… Cette soi-disant force n’est que le masque des faibles.

Ce n’est pas la force des armures : elle protège parfois, mais le plus souvent elle enferme et verrouille… Nous campons sur nos positions, nous nous figeons sur nos certitudes, nous ressassons ce que les autres nous ont fait… Nous croyons ainsi nous protéger en nous enfermant dans notre tour d’ivoire… Mais nous y pourrissons de l’intérieur.

C’est la force qui rassemble… Au règne du chacun pour soi, la société se désagrège, l’être humain se désintègre. Les solidarités, les amitiés, les amours sincères sont notre force. Sans elles nous nous déshumanisons.

C’est la force qui résiste… Cette force fait échec à la violence… Les Gandhi, Martin Luther King et autres Mandela ont soulevé des foules non violentes  pour faire barrage à l’oppression. Les résistants de 39-45 ont permis la Libération. Dans nos vies quotidiennes, savoir se protéger et résister à l’injustice et à la violence. Savoir dire non rend libre.

C’est la force intérieure : elle sort du cœur… La force qui habite les parents prêts à tout pour protéger et défendre leur enfant… La force de la passion qui fait déplacer des montagnes… La force des convictions qui nous conduit à faire des choses dont nous ne nous serions pas crus capables… La force qui fait traverser les épreuves et les aléas de la vie en restant fidèle à ses convictions… Cette force-là fait tenir debout et avancer, même dans les tempêtes… Cette force-là n’est pas « m’as-tu-vu » ; c’est la force des humbles.

« Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu’au jour où être fort est ta seule option ». Toi qui m’as écrit cette phrase, c’est bien cette force intérieure qui t’a permis de soutenir tes proches jusqu’à l’extrême… Cette force fait la grandeur et la beauté de ton être…

Et pourtant, maintenant épuisée, tu fais l’expérience de ta fragilité : toute entière donnée à l’autre, tu n’as pas pu ou pas su prendre soin de toi…

Notre force intérieure est fragile ! Parce que c’est la force de l’amour et non celle de la toute-puissance ; parce que cette force refuse de prendre le pouvoir sur l’autre et choisit de le laisser libre, au risque de l’échec ; parce que cette force n’est pas inépuisable et qu’elle a besoin de se ressourcer comme une batterie doit être rechargée ; parce que je ne peux pas être tout entier donné à l’autre sans prendre soin de moi…

Force qui peut déplacer les montagnes… mais force fragile… C’est la beauté parfois difficile de l’être humain !

Marc THOMAS, Consultant-Formateur en « Compétences relationnelles »
juillet 2014

 Télécharger l’article en format PDF

culpabilité

Couverture2Pendant une formation, Mathilde, retraitée, raconte comment, à 20 ans, elle a voulu protéger son petit frère en l’empêchant de regarder la télévision. Elle se souvient l’avoir attrapé dans le fauteuil et l’avoir traîné avec violence loin de la télévision. En racontant cela, Mathilde est submergée par une forte émotion, évoquant la répétition fréquente de cette stratégie dans des relations qu’elle voudrait pourtant bienveillantes. Quelques jours après, elle m’écrit la prise de conscience qu’elle vient de faire : « J’ai pris conscience de cette culpabilité récurrente qui me fait ressasser mes échecs relationnels parce que je mets en place des actes violents alors que je souhaite des relations empreintes de bienveillance réciproque. » J’ai écrit ceci à Mathilde :

La prise de conscience que tu as faite est importante pour toi : tu as découvert que ton intention était juste – protéger ton petit frère -, mais que la stratégie était violente quand tu as éloigné ton frère de la télévision. Cette distorsion entre ton intention et la stratégie employée a généré de la culpabilité qui se réactive dans de nombreuses autres relations… depuis plus de 40 ans !

Cette prise de conscience a déjà transformé ta tristesse en enthousiasme. Il suffit que tu sois vigilante et que tu continues, « d’écouter plus loin chez moi », comme tu l’écris si bien. Certaines de tes réactions vont changer toutes seules. Tu y sentiras un goût de liberté. Et quand tu auras la tentation de retomber dans les réactions du passé, tu pourras parfois t’arrêter. D’autres fois, tu recommenceras comme avant : ne t’en désole pas ! La « rééducation » prend du temps, on ne se défait pas d’un seul coup des stratégies du passé devenues des automatismes.

Chaque fois que tu te sens coupable, cherche l’intention positive derrière l’erreur !

L’enjeu, c’est de tenir ensemble deux postures différentes : d’une part garder la fermeté : elle fixe des repères et des limites, elle refuse ce qui peut détruire, elle manifeste son désaccord, elle dénonce l’injustice, elle exerce l’autorité légitime qui nous est confiée… et d’autre part et dans le même temps la bienveillance qui favorise des relations sincères où l’autre se sent reconnu et valorisé.

Ces deux postures sont-elles contradictoires ? Oui quand, centrés sur notre seul intérêt, nous jugeons la personne au lieu de dénoncer l’acte ; et la fermeté se transforme en violence.

Ces deux postures sont complémentaires : la fermeté et la bienveillance sont comme les deux jambes qui permettent de tenir en équilibre et d’avancer. Un jour, des élèves adolescents en grande difficulté me parlaient d’un professeur dont ils se moquaient en disant : « C’est un bouffon ! Il nous laisse faire n’importe quoi ». Puis ils me parlaient d’un autre professeur qu’ils aimaient bien : « Il est sévère, mais il nous respecte ». Et ils expliquaient : « Sévère, ça veut dire qu’il ne nous laisse pas faire n’importe quoi. Mais il nous respecte parce qu’on peut toujours parler avec lui et il nous fait réfléchir à nos actes. » Fermeté et bienveillance déclenchent alors le respect mutuel et le bien-être relationnel.

Marc THOMAS, Consultant Formateur en « Compétences relationnelles »
Mars 2014

Télécharger cet article au format PDF

Prendre soin de soi

Dev-Hum-Couverture1Mon ostéopathe me dit que mon bassin a basculé. Je lui demande pourquoi et il me répond : « Qu’as-tu reçu comme coups de pieds aux fesses ? » Et je me remémore trois situations de ces derniers mois : suite à une grande fatigue et à des paroles mal interprétées, une personne proche m’a dit avoir perdu confiance en moi. De passage chez d’autres proches, j’ai eu l’impression d’être à peine accueilli, d’être le seul à qui on ne demande pas ce qu’il veut faire ou ce qu’il veut manger : c’est comme si je n’existais pas… Dans le contexte professionnel, un de mes partenaires m’a annoncé qu’il cessait la collaboration avec moi sur une mission qui réunissait avec bonheur mes compétences d’hier et d’aujourd’hui.

Ces évènements m’ont fortement touché, et j’ai eu mal. Les douleurs du bassin sont probablement une somatisation liée à la manière dont j’ai vécu ces  évènements où je me sens incompris et rejeté.

Je me suis interrogé sur mon propre comportement dans ces situations. J’ai pointé des maladresses de ma part, mais je ne me suis pas reconnu en faute. Le premier réflexe qui m’est alors venu était de reprocher aux autres leurs comportements et de me poser en victime, avec toutes les ruminations et les aigreurs que cela entraîne.

J’ai laissé passer ce désir de reproches sans m’y attacher et j’ai essayé de vivre ces évènements autrement. Je me suis d’abord dit que ces personnes avaient leurs raisons de réagir ainsi. Des raisons qui leur appartiennent, des réactions qui ne parlent que d’elles, de ce qu’elles ne supportent pas. Je n’ai pas toutes les clefs pour comprendre leur conduite : comment pourrais-je me permettre de les juger ?

J’ai ensuite écouté ce qui me faisait mal : le sentiment d’être incompris et rejeté. J’ai cherché derrière ces émotions négatives les besoins qu’elles révèlent : besoins d’être accueilli, aimé, apprécié, pris en compte. Besoins bien légitimes, même si je sais que leur insatisfaction fait parfois déborder mes émotions. D’autres à ma place auraient vécu ces évènements avec plus de détachement et de juste distance. J’ai toujours à apprendre à canaliser mes émotions !

J’ai senti le risque de me lamenter sur moi-même, d’y perdre la confiance en moi en m’accusant de mon incapacité à trouver la juste distance. Jadis, je cédais à cette spirale destructrice : j’avais alors pour moi-même les mêmes attitudes que j’avais envie de reprocher aux autres : je ne pouvais pas m’accueillir, je me rejetais, je rêvais d’être autre, et donc je n’existais pas vraiment à mes propres yeux. Quand j’ai si mal de l’attitude des autres, est-ce ma propre dévalorisation qui se réveille ?

J’ai donc choisi de consentir à être ce que je suis, avec mes talents, mes aspirations, mes limites et mes débordements. Cela prend du temps. C’est un choix à refaire tous les jours et qui ne m’empêche pas de souffrir et de somatiser : mes douleurs corporelles et mon ostéopathe m’aident à éliminer les souffrances intérieures.

Mais ce consentement me permet de rester fidèle à mes convictions… de retrouver la sérénité et la bonne distance… de comprendre ceux qui sont confrontés à des situations difficiles… et de reprendre le contact et le dialogue quand les relations restent délicates. Avec un peu de travail sur soi, ce cheminement est à la portée de tous !

Marc THOMAS, Consultant Formateur en Compétences relationnelles
août 2013

Télécharger l’article au format PDF

Confiance en soi

Dev-Hum-Couverture1Au cours d’une formation professionnelle de trois jours intitulée : « S’affirmer personnellement et professionnellement », les participants ont exprimé leurs difficultés concernant la confiance en soi. Ils ont évoqué des relents éducatifs qui risquent toujours de les positionner dans la soumission à toute autorité. Ils ont demandé comment on fait pour sortir de la culpabilité réveillée par les reproches entendus en famille ou au travail.

Je leur ai alors demandé : « En quoi êtes-vous « bons » ? Qu’est-ce qui vous rend fiers de vous ? » Pas de réponse. Des mimiques me faisant penser que ma question leur paraît incongrue. Il est plus facile de parler de nos manques et de nos erreurs que de nos capacités et de nos talents. Comme si c’était égoïste de penser et de dire que nous avons des atouts pour construire notre bonheur et le partager avec ceux qui nous entourent.

Et pourtant, si je passe environ 80 ans sur cette terre, ce n’est pas pour me soumettre, me taire et endurer, mais pour contribuer à la construction du monde par l’épanouissement de mes talents et de mes passions.

Si la question « en quoi suis-je bon ? » te choque, je t’en propose une autre : sur quelles valeurs construis-tu ta vie ? Cette question peut se traduire de trois manières différentes

  • Dans les trois ans qui viennent, qu’as-tu envie de voir changer en toi et autour de toi ? De quels projets es-tu porteur dans ta vie personnelle, sociale, professionnelle ?
  • Tu as un mois devant toi : tu peux en faire ce que tu veux, sans pénaliser personne :
    quelles seraient tes trois premières priorités ?
  • Peux-tu citer trois choses ou trois convictions
    qui te font « vibrer », qui te passionnent ou qui t’indignent ?

Pour devenir toi-même, il ne te reste plus qu’à te demander comment faire des réponses à ces trois questions le fil rouge de ta vie… Quels moyens peux-tu prendre pour les mettre en pratique dans ta vie personnelle, familiale, sociale, professionnelle… ? Sans t’attarder aux concerts de lamentation ou aux paroles désabusées qui voudraient te faire croire que tu es un utopiste… Car ces aspirations ne seraient pas en toi si tu n’avais pas les moyens de les vivre. Il te reste alors à décoder les situations quotidiennes et les imprévus à la lumière de tes aspirations, à oser dire non à ce qui t’en détourne, à construire les relations et les solidarités qui vont respecter et confirmer tes valeurs.

En choisissant d’entendre tes aspirations et de les traduire dans ta pratique quotidienne, tu seras tout surpris de voir grandir la confiance en toi… et le respect de ton entourage.

Marc THOMAS, Consultant-Formateur en « Compétences relationnelles »
juin 2012

Télécharger l’article en format PDF