Archives pour la catégorie TENSIONS

Personne n’a tort ni raison !

Couverture2Chaque jour dans les tensions interpersonnelles ou dans les situations de conflits, nous risquons de dépenser beaucoup d’énergie à vouloir prouver à l’autre qu’il a tort et que nous avons raison. Nous cherchons à le convaincre, à lui faire passer le message, à faire valoir notre bon droit…

Le problème c’est que l’autre cherche à en faire autant avec nous, convaincu d’avoir raison lui aussi ! Ainsi s’installent des dialogues de sourds où chacun, sur sa propre longueur d’ondes, veut être entendu de l’autre sans accepter d’entendre l’autre ! Chacun s’épuise dans cette volonté de passer en force, de faire pression, de gagner, d’avoir raison. Cela se termine par la victoire du plus fort toujours marquée de violence ou par la rupture du dialogue, voire de la relation.

Il y a une erreur fondamentale derrière ces dialogues de sourds : l’erreur de croire que la vérité se réduit à ce que je vois, ce que je pense, ce que je comprends. Faites un jour l’expérience, dans une situation relationnelle détendue : montrez une image ou un paysage à votre partenaire, et demandez-lui ce qu’il voit. Si vous le laissez décrire sa perception, vous serez probablement surpris en découvrant que, regardant la même image que vous, il n’y voit pas les mêmes choses, il met en valeur des détails que vous n’aviez pas vus et qui sont pour lui évidents et importants. Cette expérience nous permet de découvrir qu’aucun de nous ne voit tout ce qu’il y a à avoir. Chacun voit une partie qu’il repère en fonction de ses priorités à lui. De ce fait, à plusieurs, nous en, voyons davantage et pouvons devenir complémentaires.

Alors pourquoi donc continuons-nous à vouloir imposer notre point de vue ? Peut-être parce que nous avons peur d’avoir tort, d’être dévalorisés à nos propres yeux ou qu’on se moque de nous. Ou parce qu’on nous a appris que si « l’autre a juste », moi « j’ai faux » ! Or nos deux visions sont justes, mais partielles et donc manquantes !

Pourtant, il suffirait de dire à l’autre : « voilà ce que je vois et ce que comprends, voilà ma position… Et toi, que vois-tu ? Que comprends-tu ? Quelle est ta position ? » Ce faisant, plutôt que de s’affronter pour imposer « ma » vérité, plutôt que d’avoir peur de perdre, nos points de vue différents deviendraient autant de ressources à partager, de motifs de fierté d’avoir progressé ensemble, et autant d’occasion d’affûter ou d’ajuster notre regard.

Pour élargir l’espace de nos perceptions et pour assainir nos relations, il nous reste à « changer de logiciel »  :

  • Consentir au fait que je ne perçois pas la réalité telle qu’elle est : je perçois la réalité à travers mon regard, mes attraits, mes rejets, mes peurs…J’en ai une perception légitime, mais partielle et partiale.
  • De ce fait, l’autre différent n’est plus un rival, mais une ressource : détendu et accueillant, je peux voir ce qu’il voit et que je n’avais pas vu : nous devenons complémentaires !
  • Nous ne somme plus dans une logique du « ou-ou » : ou j’ai raison, ou j’ai tort ; ou c’est moi ou c’est toi qui a raison et qui gagne… Nous entrons dans une nouvelle logique du « et-et »: je prends ce que je vois ET ce que tu vois de différent, je garde ce que je pense ET j’accueille ce que tu penses… Le « ou-ou » construit des murs, le « et-et » ouvre des portes et élargis l’espace
  • Nous pouvons continuer à coopérer, même dans la tension et le désaccord : « j’ai ma version des faits, tu as ta version des faits. Dans l’accueil réciproque de ces visions différentes, nous allons construire ensemble une troisième version des faits enrichie. Comme l’artisan ou l’artiste assemble les pièces différentes ou les couleurs pour construire son œuvre ; comme le cuisinier assemble les ingrédients pour cuisiner un plat. Il s’agit de bien plus que de trouver un compromis –même si c’est déjà bien ! – : grâce à nos différences, nous allons devenir ensemble acteurs et créateurs de solutions innovantes.

Marc THOMAS, Consultant Formateur en Compétences relationnelles,
9 février 2016

pdf_button

La vie : un apprentissage permanent

‘Apprendre la vie’, ou ‘apprendre à vivre’, est une nécessité qui s’impose à chaque être humain sur notre planète terre. Le ‘savoir vivre’ n’est pas une qualité innée ; il s’apprend et il s’acquiert au long des années et des expériences vécues.

L’éducation est première dans cette découverte et dans la mise en œuvre de ce mode de vie qui anime et rend fructueuses et fraternelles les relations humaines. Ces relations sociales s’inscrivent dans des principes qui doivent être reconnus et acceptés : la liberté et la démocratie.

‘Réussir sa vie’ implique alors un apprentissage quotidien du ‘savoir vivre’. Pour ne pas tomber dans le piège d’une vie seulement instinctive comme celle des animaux, l’homme et la femme de bonne volonté choisissent de faire preuve d’intelligence dans leurs choix qui engagent leur ‘façon de vivre’ en société. Ce travail sur soi concerne tous les moments et tous les contextes de la vie que nous voulons pour nous-mêmes, pour nos familles, pour nos sociétés.

Dans la recherche légitime de la vie heureuse et paisible pour tous, de très nombreuses pistes s’ouvrent à ceux et celles qui ont à cœur cet objectif. En voici quelques unes qui nous interpellent chaque jour ; elles nous invitent à apprendre et à réapprendre, dans le but recherché obstinément d’un ‘mieux vivre ensemble’.

Apprendre et réapprendre :

  • Réfléchir objectivement avant les décisions qui ouvrent l’avenir meilleur
  • Se laisser guider par le bon sens vers l’intelligence de l’esprit et du cœur
  • Agir avec la conscience de la justice dans la vérité
  • Respecter l’autre différent dans les libertés individuelles
  • S’écouter pour mieux se connaître et mieux se comprendre,
    pour mieux s’accepter et mieux s’apprécier
  • Partager fraternellement en priorité avec les plus petits
  • Rechercher sans cesse le bien, le beau, le bon
  • Construire la vie sociale sur les bases d’une éducation exigeante
  • S’engager résolument en vue du bien commun
  • Favoriser l’épanouissement humain, psychologique et spirituel de chacun
  • S’entraider de façon efficace pour consolider le lien social
  • Donner le bon exemple à la jeunesse
  • Donner la primauté à l’amour qui fait le bonheur de vivre
  • Reconnaître humblement ses erreurs et vouloir changer
  • Affronter l’adversité avec courage et persévérance
  • Assumer la responsabilité de ses choix
  • Refuser le laisser-aller et le n’importe quoi
  • Refuser le mensonge et renoncer à dominer l’autre
  • Refuser la compromission avec le Mal, l’orgueil et l’égoïsme
  • Refuser la démagogie destructrice et malhonnête
  • Refuser la recherche insensée d’une consommation éphémère
  • Refuser la course effrénée vers le sexe ou l’argent

Cette liste reste ouverte à la ‘prise de conscience’ de celui qui veut faire régner le bonheur sur la terre. Le renouveau de la vie individuelle donne à la société la possibilité de progresser dans le bon sens. Il s’agit de construire ensemble une vie meilleure pour tous. Aux bonnes œuvres, citoyens !

ChristianPère Christian CHASSAGNE
Aumônerie Réunionnaise en Métropole
8 Avenue des Chardonnerets, 91600 SAVIGNY SUR ORGE
09.80.87.06.50 / 06.64.94.99.51 / coco1152@hotmail.fr

Changer nos réactions automatiques

« Savoir tout ce qui m’a blessé dans mon histoire ne suffit pas, pour changer de comportement… »
EXACT, le savoir ne suffit pas au changement !

« Je sais qu’il faut que je mette en pratique tout ce que je sais… »
FAUX : c’est une injonction volontariste qui aurait déjà marché depuis longtemps si c’était la bonne solution !

« Je me rend compte que c’est un combat quotidien… »
FAUX : le combat n’est pas la solution

« car j’ai ‘des réflexes dans mon comportement’ qui sont plus forts que moi.. presque naturels…« 
EXACT ET C’EST LA DESSUS QU’IL FAUT TRAVAILLER !

Travailler cela non pas à la force des poignets, ni comme un combat, ni comme « il faut agir » et faire des efforts.

Tu changeras quand tu auras interrogé et travaillé ces réflexes eux-mêmes contre lesquels ta volonté ne peut rien. Ce sont comme des programmes informatiques qui ont été écrits sur ta « carte mémoire » interne.

Ces programmes déclenchent inconsciemment des réactions réflexes et automatiques…Tu as beau te dire qu’il ne faut plus réagir comme ça, ça ne peut pas marcher durablement, même avec de la volonté et des efforts, parce que ton fonctionnement intérieur automatique reste le même et finit toujours par gagner sur ta volonté.

Il s’agit donc d’aller  chercher en toi ce programme, de trouver qui l’a écrit (ce n’est pas toi, c’est ton éducation,  et ce que tu dis ci-dessus de ta famille est un début de prise de conscience).

Lorsque cette prise de conscience est faite, et en évitant l’accusation des parents ou du « système éducatif » qui t’a programmé, tu vas pouvoir confronter deux programmes :

  • le programme écrit sans ton accord, et qui fait aujourd’hui tes réactions réflexes plus fortes que toi
  • un autre programme que toi tu souhaites déjà, et que tu vas écrire, en accord avec tes valeurs et tes projets…

En faisant cette confrontation dans une démarche de travail sur toi, tu vas – en partie inconsciemment – déprogrammer le programme ancien et le reprogrammer…

Et tu vas découvrir étonnée que des changements se réalisent, sans effort, sans combat, sans mobilisation de ta volonté, mais simplement par un fonctionnement « à l’endroit » du programme qui fonctionnait « à l’envers »…

Bien à toi…
Marc                         Jaillissement130x81                                    mthomas@competences-relationnelles.com

« Trois pas en avant, deux pas en arrière… »

Connais-tu cette expression : « Dieu écrit droit avec des lignes courbes » ?

Une progression telle que celle que tu as entreprise n’est jamais linéaire.
Elle ressemble plutôt à des vagues qui se retirent pour mieux avancer ensuite.
Ou à une danse : « 3 pas en avant, 2 pas en arrière »

Le problème serait qu’il y ait plus de pas en arrière qu’en avant !!!

Cette fluctuation est parfois difficile à vivre,
parce qu’elle peut donner l’impression de repartir vers le passé.
Mais elle fait partie du processus.

Question à te poser :
les dysfonctionnements sont-ils aussi forts et aussi fréquents qu’avant ?

Ces fluctuations disent aussi l’importance de continuer l’accompagnement
pour faire les réglages nécessaires,
et pour favoriser le travail qui se poursuit inéluctablement à l’intérieur de toi.

Dans ton emploi du temps même serré, faire place à des moments pour toi :
donne-toi le droit de faire de ces moments une priorité pour toi.

Bien à toi…
Marc                         Jaillissement130x81                                    mthomas@competences-relationnelles.com

Sortir de la COLÈRE et traiter les BLESSURES

Couverture2SUBMERGÉS !

Parfois, les émotions négatives et les blessures sont si fortes que nous avons l’impression qu’elles nous envahissent totalement. Comme si notre force de vivre était anéantie par la douleur ou par la colère. Dans ces situations, il est nécessaire de vider le trop plein en laissant s’exprimer les ressentis douloureux. C’est la seule manière de désinfecter les plaies ouvertes ! Pour qu’elles se vident et laissent place à l’extension de notre être intérieur et de nos valeurs d’autonomie et de liberté momentanément contraintes. Laisser sortir ces sentiments quand ils se présentent, et tels qu’ils viennent…

DE VIELLES BLESSURES SE RÉVEILLENT

Quand nous nous donnons le droit de vivre une colère légitime, cela nous renvoie parfois à des évènements du passé très douloureux, mais qui n’ont pas été traités, peut-être parce que, à l’époque, nous ne nous sommes pas donnés le droit à la colère : nous l’avons enfouie ou elle nous a été interdite…

Cette résurgence d’évènements du passé dans une blessure d’aujourd’hui est souvent très éprouvante. Mais elle est aussi le signe que nous sommes maintenant mûrs pour nous en libérer : la colère d’aujourd’hui a ouvert la voie à d’autres libérations. C’est ce que j’appelle les mines antipersonnel, témoins de combats du passé, qui se réveillent chaque fois qu’un évènement semblable survient et les réactive… jusqu’à ce nous acceptions de les traiter, et donc de nous en libérer.

VIDANGER LA COLÈRE ET LA DOULEUR

Blessure d’aujourd’hui ou blessure du passé… La manière dont nous les exprimons n’est pas une parole raisonnée et distanciée. Car c’est le cœur qui parle sans être régulé par le mental. C’est un déversement d’affects, comme un vomissement qu’il faut laisser venir : nous vidons, nous « vidangeons » tout ce que nous n’avons pas digéré aujourd’hui ou jadis, nous nous libérons enfin, par la parole, les larmes, les cris parfois, de ce poids sur l’estomac que nous portons parfois depuis tant d’années, consciemment ou inconsciemment…

Parfois nous avons peur d’être submergés par la douleur ou par la colère si nous l’exprimons et de dire ou faire n’importe quoi. Nous pouvons aussi avoir peur des réactions des autres et de leur jugements… Alors, plutôt que de nous laisser aller à vider et à « vidanger » le trop plein émotionnel, nous l’enfouissons en nous et nous nous réfugions dans le silence et le mutisme. Nous restons parfois des années dans le malaise, rongés de l’intérieur par l’insupportable que nous avons enfoui. Comme si nous gardions des aliments avariés plutôt que de les vomir, jusqu’à l’intoxication alimentaire et à l’empoisonnement destructeur… De même nous préférons parfois garder en nous l’insupportable qui va nous ronger de l’intérieur et nous pourrir la vie. Nous nous taisons, pendant des années peut-être, notre souffrance ou notre rancœur nous mine de l’intérieur, et nous la ruminons. Finies la motivation, l’enthousiasme et la joie de vivre : nous voici aigris, dépressifs, acariâtres ou violents. Et même notre corps peut en être atteint jusqu’à de graves somatisations.

SORTIR LIBRE DE LA VIOLENCE

Oser « lâcher tout ça », quand ça vient parce que c’est mûr, c’est la seule solution pour traiter la colère et les blessures ! Vider et « vidanger », sans nous préoccuper des formes : laisser venir comme ça vient, sauf la violence… Lâcher par écrit ou par oral, selon le besoin du moment et ce qui nous permet d’être le plus vrai. Exprimer par des mots, des larmes et d’autres manifestations émotionnelles, si possible en présence d’une personne de confiance qui saura accueillir et nous aider à canaliser le trop plein : sans le prendre sur elle, sans le minimiser ni donner de conseils, elle est présente à nos côtés, d’une présence bienveillante, à l’écoute avec empathie, témoin à la fois de l’expression de notre douleur ou de notre colère et de cette vidange libératrice…

Seule réserve quand nous vidons la colère et la douleur : pas de violence, ni sur nous, ni sur les personnes ou les objets qui nous entourent. Si la souffrance nous a « cassés », et que nous « cassons » à notre tour, nous restons prisonniers du cercle vicieux de la violence au lieu de nous « réparer ». Il s’agit bien de sortir la colère qui nous habite, sans la projeter sur les autres. Nous ne la déversons pas pour régler des comptes mais pour nous libérer intérieurement. Non seulement sortir la colère, mais aussi sortir DE la colère ! En vidant la colère sans chercher à atteindre qui que ce soit, nous ressentirons le relâchement de la fin d’un combat, et un sentiment de liberté. Et nous assisterons, étonnés, au commencement de la cicatrisation de nos blessures.

Plus tu pourras écouter et exprimer ta colère sans accuser l’autre,
plus ta liberté reprendra sa place.

Plus tu écouteras ta tristesse,
plus tu pourras dénouer l’attachement  dont tu sors blessé.

Plus tu écouteras ta déception,
plus tu découvriras que l’énergie déployée dans cette situation n’est pas peine perdue,
car elle a développé en toi la force de te protéger,
de dire non et de renforcer tes choix…


PDF1Marc THOMAS
, Consultant Formateur en « Compétences relationnelles »
25 août 2015

S’AFFIRMER sans peur ni agressivité

[table “10” not found /]

Avoir davantage confiance en soi… Etre à l’aise au milieu des autres… Souvent la peur, les échecs, les tensions relationnelles ou l’agressivité empêchent ce positionnement juste dans les relations familiales et professionnelles, et dans la vie sociale.

La formation est un atelier partant des expériences et difficultés de chacun. Il s’agit de trouver des postures et des stratégies, dans ma vie personnelle et professionnelle, pour : pouvoir exprimer ce que je pense, ce que je ressens, ce que je veux ou ce que je refuse… Pouvoir prendre ma place en famille, aves les amis, dans les équipes de travail… Dépasser ma timidité ou traiter mon agressivité… M’affirmer sans violence, de façon ferme, sereine et conciliante.

Objectifs

– Pouvoir être soi-même
– Développer la confiance en soi.
S’affirmer et s’exprimer sans peur ni agressivité.
– Vivre des relations sereines et constructives à la maison, au travail, dans la vie sociale

Programme

POUVOIR ÊTRE MOI-MEME
→ Comprendre d’où viennent mes difficultés et les traiter
→ Retrouver mes valeurs et mes priorités
→ Développer la confiance en moi

RESTER MOI-MÊME AU MILIEU DES AUTRES
→ Apprendre à dire ce que je pense, ce que je ressens, ce dont j’ai besoin, ce que je demande ou refuse
→ Communiquer de façon claire et efficace, sans jugements ni reproches
→ Comprendre et traiter l’agressivité (la mienne et celle de l’autre)

DÉVELOPPER DES RELATIONS SEREINES ET CONSTRUCTIVES
→ Trouver la juste distance dans les relations quotidiennes
→ Échanger avec mes proches sans timidité ni raideur
→ Dépasser le trac et la peur des jugements pour prendre la parole
→ Trouver la posture et les stratégies adaptées dans les relations humaines

PDF1Cette formation peut aussi se faire ailleurs et à d’autres dates. Contactez-nous.

Transformer nos barrières en pistes d’envol

Dev-Hum-Couverture1Souvent, j’écoute des personnes me dire à quel point elles aimeraient changer… Mais elles ajoutent aussitôt que c’est impossible : leurs défauts ou leurs incapacités, le jugement ou la pression des autres, les bonnes résolutions toujours impossibles à tenir… Et finalement la désespérance et le sentiment d’échec : « Je suis comme ça », « c’est ma nature », « je n’y arriverai jamais »

Je me suis souvent dit cela pour moi-même à une période de ma vie, en particulier par rapport à mon stress et surtout mon agressivité.

Mes bons amis me disaient parfois : « Nous apprécions ce que tu es, mais quand tu n’es pas d’accord, tu as des mots qui tuent, tu deviens agressif, et si une personne « ne te revient pas », tu lui règles son compte de manière blessante. »  Lorsque mes amis me le disaient, je savais que c’était vrai. Mais sur le moment où mes paroles étaient agressives et blessantes, je ne m’en rendais pas compte : tellement envahi par mon stress ou mon énervement, je ne pouvais pas percevoir l’impact de mon attitude sur l’autre. Combien de fois ai-je dit : « Je suis comme ça, je ne peux rien y changer… » J’étais déçu de moi-même, et en même temps je demandais aux autres de me prendre comme j’étais et de ne pas y faire attention… Mais cette agressivité blessante restait une barrière relationnelle, et je ne voyais pas comment en sortir.

Et puis des évènements importants m’ont conduit à faire un travail accompagné sur moi-même… J’ai cherché les causes de mon stress, de mon énervement, et de mes conduites agressives. J’ai découvert que ces « barrières » relationnelles n’étaient que la manifestation de mes peurs, de mes mal-être et d’un manque de confiance en moi. Si bien que tout désaccord ou toute attitude qui venait me contrarier m’apparaissait comme un danger pour moi, et surtout une remise en cause de ma personne. Envahi d’un sentiment d’insécurité qui alimentait mon stress, je me défendais par l’énervement et l’agressivité…

J’ai écouté ces peurs, ce stress, ce sentiment d’insécurité… J’en ai cherché les origines dans mon histoire personnelle… J’ai identifié mes besoins, mes aspirations… J’ai nommé mes capacités et mes limites, mes solidarités et mes contextes de vie favorables ou défavorables…Alors que jusqu’à présent, je m’étais trop laissé guider par les orientations et les décisions des autres, je me suis mis à interroger mes choix et mes enjeux, à affirmer mes valeurs, mes objectifs et mes projets… Comme par hasard, dans cette écoute accompagnée de moi-même, j’ai vu grandir mon estime, à la fois de moi-même et des autres… J’ai appris à me protéger de ce qui me portait atteinte… et j’ai vu se développer ma confiance en moi.

Comme dans les histoires de vases communicants, l’estime et la confiance en moi se développaient, et automatiquement, sans effort, mon stress et mon agressivité se dissolvaient. Les personnes que je rencontrais me disaient : « Tu sais nous écouter maintenant ; quand tu n’es pas d’accord, on peut discuter avec toi sans se faire rembarrer ; et tu parais plus calme et plus serein ». Depuis, l’écoute et les relations humaines sont devenues mon métier, on me sollicite pour traiter des conflits et pour être médiateur…. Et quand j’anime des formations sur la gestion du stress et de l’agressivité, des participants me disent parfois : « j’ai l’impression que vous connaissez bien ce dont vous parlez ! » Mes anciennes barrières d’agressif se sont ouvertes par un travail sur moi et sont devenues la piste d’envol de mes activités d’aujourd’hui et surtout de mon bien-être quotidien.

Bien sûr, ce travail est sans cesse à poursuivre. Lorsque je suis fatigué ou lorsque je suis confronté à des situations déstabilisantes, je sens mes vieilles ornières revenir… Je sens les barrières du stress et de l’agressivité qui risquent de se refermer. La grande différence avec le passé, c’est que je sais aujourd’hui : je sais que la situation difficile que je vis n’est pas la cause de mon stress et de mon agressivité : elle n’en est que le déclencheur. La cause du stress et de l’agressivité est en moi et ne parle que de moi, de mes limites, de mes peurs, de mon sentiment d’insécurité. Les écouter et les nommer me permet de mettre des limites, de me retirer avant d’agresser, de me reposer avant de traiter le problème… Je peux aussi transformer le reproche que j’ai envie d’adresser à l’autre en affirmation de mes limites et de mes choix, de façon sereine et constructive. Je n’y arrive pas toujours et je laisse parfois échapper des paroles qui font mal… Mais sachant que ça parle de moi, je n’en accuse plus l’autre et je peux plus facilement lui proposer de restaurer la relation.

Pour chacun de nous il en va de même : nos barrières ne s’ouvriront jamais par des résolutions à prendre, par exemple pour « faire des efforts pour être plus gentil ou moins agressif » : vous savez bien que ce genre de résolution ne marche pas quand reprend la pression du quotidien ! Alors pourquoi continuez-vous à en prendre ? Vos cœurs deviennent les cimetières de vos résolutions non tenues, envahis des fleurs fanées de vos désespérances sur vous-mêmes ! Et vous finissez par vous enchaîner vous-mêmes à vos propres barrières, vous croyant incapables de changer et même d’avancer ou mettant sur le dos des autres ou de la société la responsabilité de vos échecs…

Pour en sortir, portez un regard bienveillant sur vous même en arrêtant de vous faire des reproches ou de vous dire incapables. Écoutez vos barrières et cherchez leurs causes en vous et non en l’autre… Écoutez aussi vos aspirations. Faites-vous accompagner si nécessaire par quelqu’un qui ne vous donnera pas de conseils, mais qui saura vous guider vers le meilleur de vous-même et vers la confiance en vous. Et vos cœurs deviendront la source vive de votre confiance et de vos choix, la pépinière de vos objectifs et de votre « devenir humain ». Regardez la photo qui illustre cet article : c’est sur les épines que les fleurs ont poussé ! C’est à partir de nos barrières que chacun de nous peut construire ses pistes d’envol. Il suffit de croire en soi ! Chiche ?

Marc THOMAS, Consultant formateur en « Compétences relationnelles »
février 2015

 Téléchargez ce texte en format PDF

Sortir des reproches pour entrer en dialogue

Couverture2Nous traversons tous des périodes de tensions interpersonnelles. Parfois nous y sommes enfermés. Nous passons alors notre temps à faire des reproches à l’autre, à parler de lui en l’accusant et en le jugeant. Que d’agressivité et de violences morales ou physiques en découlent !

Il suffirait que chacun parle de lui-même pour sortir de la spirale infernale qui conduit à la dénonciation et au jugement.

« Tu m’as blessé » pourrait devenir : « Quand tu dis cela, je suis blessé. »

« Tu racontes n’importe quoi » pourrait devenir : « Je ne suis pas d’accord avec toi. »

« Tu ne m’écoutes jamais » se dirait : « J’ai besoin de te parler, peux-tu de m’écouter ? ».« Tu te moques de moi » deviendrait : « Je ne me sens pas respecté. »

Continuez la liste… Entraînez-vous à « parler en Je »… et constatez les effets :

D’abord vous vous êtes respecté vous-même : vous avez pu parler de vous, de vos constats, de vos ressentis et de vos besoins, et exprimer vos demandes et propositions.

En même temps, vous avez quitté le terrain de l’agressivité en ne parlant plus de l’autre sous forme de reproches et de jugements. Du coup, il y a davantage de chances qu’il ne vous retourne pas cette agressivité… D’abord surpris par votre changement de posture, il peut être davantage prêt à reprendre un dialogue apaisé.

De plus, vous avez commencé à traiter le problème : vous avez pu distinguer l’impact sur vous de la situation : votre perception, vos ressentis, vos limites, vos refus… Et vous êtes davantage prêt à entendre quelle était l’intention de l’autre : voulait-il vraiment vous blesser ? ou ses paroles ont-elles fait résonner en vous des douleurs mille fois ressassées ? Et même si l’autre était vraiment agressif, le fait d’avoir pu exprimer votre ressenti et vos limites vous permet de vous sentir davantage protégé : vous allez découvrir que son agressivité ne parle que de lui et de son mal-être.

On m’a appris jadis que dire « Moi, je… », ce n’est pas bien. C’est exact quand le « Moi je suis le meilleur », par exemple, sous-entend que les autres sont moins bons que moi. « Parler en Je », c’est distinguer dans la relation ce qui vient de moi et ce qui vient de l’autre ; c’est permettre à chacun d’exister et d’exprimer ce qui le traverse, sans projeter sur l’autre des intentions qui ne parlent finalement que de mes interprétations. C’est parce que je peux parler de moi-même et de la manière dont je vis la relation que je suis prêt à écouter l’autre parler de lui-même et de la manière différente dont il vit la relation. Tous les reproches et les jugements sont évacués et les différences peuvent s’exprimer et être entendues.

« Le tu tue » disait le psychologue Gordon. Les « Je » partagés suscitent le respect de chacun et permettent à la relation de se construire dans la sérénité et la complémentarité.               

Marc THOMAS, Consultant Formateur en « Compétences relationnelles »
Juin 2014

Télécharger au format PDF

Guerre et paix : la même énergie !

Couverture2Qu’est-ce qui pousse les combattants de toutes les guerres sur les champs de bataille ? La peur des hommes en est la cause, la soif de pouvoir, et bien souvent la manipulation des gouvernants. Mais ceux qui partent sur les champs de bataille ont conscience de défendre leur pays, de refuser d’être écrasé par l’envahisseur, de se battre pour protéger leurs familles et leurs concitoyens.

Cette énergie qui les pousse à faire la guerre est la même énergie qui peut en faire des combattants de la paix : défendre son pays, refuser l’écrasement, protéger la vie de ses proches et de ses semblables, se battre pour la justice et pour la paix. C’est la même énergie qu’il s’agit de mettre en œuvre.

Car la même main peut caresser ou frapper ; les mêmes yeux peuvent sourire ou pleurer ; le même regard peut accueillir ou tuer ; la même parole peut encourager ou insulter ; etc. Tout vient du même cœur qui peut aimer ou haïr, se réjouir ou souffrir.

Pour chacun de nous, l’énergie qui nous rend si souvent agressifs peut être transformée en énergie constructive :

  • Ecraser l’autre ? ou pour écraser l’injustice ?
  • Se mettre en colère contre celui qui empiète sur mon territoire ? ou contre la misère ?
  • Lutter pour arriver le premier ? ou pour arriver ensemble ?
  • Défendre un nationalisme exacerbé ? ou la construction de l’Europe ?
  • Défendre jalousement ses droits et son pré carré ? ou bâtir un monde fraternel où chacun puisse vivre et être reconnu ?
  • La même énergie pour faire la guerre ? ou pour faire la paix ?

A nous de choisir !

La fraternité vécue ou refusée est la ligne de partage entre les hommes.

Combien de combattants ou de prisonniers de guerre ont découvert la fraternité sur les champs de bataille : se réconforter, se serrer les coudes quelles que soient les convictions ou l’origine sociale, partager avec les copains d’une même baraque de prisonniers le contenu d’un colis arrivé de France, aller ensemble relever les morts après un bombardement…

Si la guerre est faite d’horreurs, les hommes qui la font en reviennent souvent plus humains, plus fraternels. Ils savent aussi que la fraternité n’est pas seulement dans un camp : quand aujourd’hui des anciens combattants français rencontrent des anciens combattants allemands, ils se sentent souvent très proches, ayant vécu les mêmes horreurs et les mêmes angoisses, mais aussi les mêmes expériences de solidarité et de fraternité.

L’histoire et leurs gouvernants les avaient dressés les uns contre les autres : ils se découvrent d’abord semblables dans leur humanité.

Seule, la fraternité ouvre un avenir.                    

Marc THOMAS, Consultant Formateur en « Compétences relationnelles »
Mai 2014

PDF1

Se protéger de l’agressivité

Comprendre pourquoi l’agressivité de l’autre me touche tant

 

Dev-Hum-Couverture1Pendant une formation professionnelle, Audrey (prénom modifié) nous racontait qu’elle a eu des relations très difficiles avec un responsable hiérarchique. Elle était consciente que celui-ci la manipulait, lui parlait de façon blessante. Cette attitude agressive lui faisait perdre tous ses moyens. Elle accusait son chef de la détruire.

Pour tenter de régler ce problème, Audrey a suivi une formation sur le stress. A la suite d’un jeu de rôle, le formateur lui dit en aparté : « Il me semble que vous n’allez pas bien. » Et Audrey de répondre : « Mais si je vais bien ! ». Pourtant cette parole du formateur l’a « travaillée » douloureusement, lui permettant de mettre le doigt sur ses blocages et sur son mal-être qu’elle essayait de se cacher à elle-même. Elle a donc entrepris un travail sur elle-même.

Et Audrey raconte aujourd’hui : « Ce travail m’a permis de me libérer de mes blocages. Par exemple, ce chef dont je pensais qu’il me détruisait, j’ai pris conscience un jour que la manière dont il s’adressait à moi me rappelait ma mère ! Et cela a réveillé une relation douloureuse avec ma mère, pas encore soignée 30 ans après ! J’ai été accompagnée pour faire émerger et pour traiter cette blessure ancienne qui était bien enfouie. »

Et Audrey continue : « Aujourd’hui, j’ai toujours le même chef, il s’adresse toujours à moi de la même manière, mais cela ne me touche plus. Son mode relationnel ne parle que de lui, et depuis que ma blessure enfouie est soignée, elle ne se réveille plus : je peux donc faire face sereinement à mon chef. Mes collègues me demandent même comment je fais pour rester calme devant lui. »

Pour se préserver de l’agressivité ou de la violence de l’autre, sans s’écraser et sans renvoyer notre propre violence, il faut d’abord commencer à comprendre pourquoi l’agressivité de cet autre nous touche tant et nous laisse sans protection : la plupart du temps, cela ne parle que de nous et de blessures enfouies qui se réveillent. C’est ce que j’appelle les « mines antipersonnel » qui sommeillent en nous. Au lieu de se faire encore plus de mal en ruminant et en dénonçant l’autre, il est plus efficace de faire émerger ce que cet évènement réveille de notre propre histoire et de traiter cette blessure enfouie. La plupart du temps, cela suffira à savoir ensuite se protéger de l’agressivité.

Il reste encore une deuxième étape : savoir comment dire non, fermement et sans violence, aux paroles agressives et aux attitudes manipulatrices. Comment faites-vous, Audrey ? Comment faites-vous, amis lecteurs ?

Marc THOMAS, Consultant – Formateur en « Compétences relationnelles »
juin 2011


Réagir à l’agressivité

 

 Avez-vous dans votre entourage une personne que vous connaissez bien et avec qui les relations sont souvent tendues ou conflictuelles ? Imaginez qu’elle arrive vers vous et vous dise sur un ton agressif : « Tu es la personne la plus égoïste que j’ai jamais rencontrée ! » Qu’allez-vous lui répondre spontanément ?

« Tu ne t’es pas regardée ! Je suis moins égoïste que toi ! » Sur le même ton qu’elle, vous l’agressez vous aussi dans l’escalade des accusations, des jugements et de la violence.

« Ah non, ce n’est pas vrai… avec tout ce que j’ai fait pour toi ! » Vous vous justifiez, et vous prenez le risque qu’elle en rajoute ! Auriez-vous besoin de vous justifier et d’avoir raison ?

« Oh ! Qu’est-ce que j’ai fait ? » Vous culpabilisez parce qu’elle vous accuse… Et pourtant, elle ne vous a pas encore dit sur quoi repose son jugement. Ce sentiment de culpabilité parlerait-il de vous ?

« Si tu le dis… tu peux penser ce que tu veux ! » Vous ne voulez pas perdre d’énergie à vous défendre dans une ambiance d’agression. Son jugement lui appartient. Vous choisissez de ne pas mettre d’huile sur le feu. Peut-être accepterez-vous d’en reparler si l’agressivité tombe.

Aucune de ces réponses ne résout le problème, et la relation restera tendue ou blessée. Pour avoir des chances d’avancer, il reste la piste de la justice en pays démocratique : le jugement ne vient qu’à la fin, quand on a établi les faits et mesuré le degré de responsabilité de l’auteur. Celui qui commence par me juger met les choses à l’envers, de façon dictatoriale ou terroriste, sans avoir établi les faits.

Je peux donc lui demander de remettre les choses à l’endroit : « Qu’est-ce qui te fait dire ça ? » Autrement dit : « Quels sont les faits sur lesquels tu t’appuies pour porter ce jugement ? »

Si cette personne savait parler le langage de la Communication Non Violente, elle pourrait vous répondre : « Quand tu es passé dans la rue, l’autre jour, tu ne m’as pas regardé (fait). J’ai pensé que tu ne voulais pas me voir (interprétation). Ca m’a fait mal (ressenti), car j’avais besoin d’être reconnu (besoin). » S’il parle ainsi de la manière dont il a vécu la situation, je peux l’entendre, puis lui dire comment j’ai vécu la situation : « Je regardais les magasins, je ne t’ai pas vu ! Pourquoi ne m’as-tu pas appelé ? »

Quand l’agresseur vous traite d’égoïste, vous pensez qu’il parle de vous. En fait, il ne parle pas du tout de vous : son agression ne parle que de lui ! Elle signifie : « J’attendais quelque chose de toi, je ne l’ai pas reçu, j’ai eu mal, car j’ai besoin d’être valorisé. » Comme il ne sait pas dire cela, il projette sur vous sa douleur et la transforme en accusation et en jugement.

Si vous avez compris cela, vous allez vous sentir protégé des agressions… Vous contribuerez ainsi à éliminer les accusations et les jugements. Et vous apprendrez aussi que votre propre agressivité contre les autres… ne parle que de vous !

Marc THOMAS, Consultant – Formateur en « Compétences relationnelles »
novembre 2012

Télécharger cet article en format PDF