Archives pour la catégorie Écoute active

Laisse jaillir ta parole

On nous a répété souvent cette phrase du poète Nicolas Boileau : « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire en viennent aisément ». Nous avons fini par croire qu’il fallait d’abord des idées claires et bien construites avant de prendre la parole ou le stylo. Et nous avons fini par nous taire ! Ou bien nous nous sommes contentés de répéter des « poncifs » imposés par des modes ou des manipulateurs qui veulent nous imposer ce que nous devons penser !

Or la pensée, comme la vie, n’existe qu’en s’exprimant, grâce à celui qui risque les mots sans connaître encore la fin de la phrase, comme jaillit la source avant de savoir qu’elle deviendra irrigation vivifiante, rivière et fleuve, et même jusqu’à la mer !

Je me souviens de cette femme écrivain pour enfant disant qu’elle commence toujours à écrire à partir d’un noyau central, sans connaître la fin.

Je me souviens de prises de parole en public : le discours était préparé, longuement. Et pourtant, devant ce public, ce sont d’autres mots qui venaient, et d’autres développements, puisés dans le regard des auditeurs et dans la communication avec eux.

Je me souviens de ces dialogues,  de ces rencontres et de ces accompagnements où il faut renoncer à savoir à l’avance la bonne réponse, car l’écoute et l’échange font jaillir l’inattendu. Car ce n’est pas la réponse qui importe : si je cherche quoi répondre ou quel conseil donner, je n’écoute déjà plus celui qui me parle, je ne m’écoute que moi-même pour peaufiner ma réponse ! Ce qui importe, c’est la parole que va oser celui que j’écoute, parce qu’il se sent écouté. Cette parole qu’il va peut-être balbutier parce qu’elle surgit inattendue du plus profond de lui-même ! Ces paroles là sont des paroles vivifiantes qui désaltèrent celui qui les prononce !

A l’inverse des phrases toutes faites et des ritournelles apprises par cœur, la Parole de l’homme est créatrice : écrite ou orale, elle jaillit du dedans comme une source vive. Chaque être humain est porteur d’une source unique, d’une Parole originale.

C’est pourquoi éduquer un enfant ne peut pas consister à lui faire apprendre par cœur des paroles écrites ou prononcées par d’autres ! Éduquer un enfant, c’est le conduire vers sa source pour qu’il s’y désaltère, c’est le conduire vers lui-même pour qu’il découvre la pépite qu’il porte… C’est ainsi lui permettre de développer la confiance en lui, source de toutes les motivations, de tous les dynamismes et de toutes les vraies réussites.

Ose risquer une parole, la tienne, celle que personne ne pourra dire à ta place,
sans l’imposer, mais en l’offrant comme une fleur unique au bouquet de l’humanité.

Écoute les paroles des autres, surtout si elles sont différentes de la tienne,
sans les photocopier pour penser comme eux ou comme tout le monde,
mais pour plonger ta propre source à la confluence des diversités humaines.

Quand des paroles vives et uniques rentrent en dialogue, c’est l’Humanité qui se construit !
Quand tu développes ton autonomie de pensée et d’agir, tu rends possible la coopération.

Marc THOMAS, Consultant formateur en « Compétences relationnelles »
septembre 2017

Écrire à l’auteur : mthomas@competences-relationnelles.com

Téléchargez cet article en pdf

Comment aider ?

Dans des formations à l’écoute, je propose souvent aux participants ce petit jeu : quelqu’un que vous connaissez vient vous dire : « Ma voiture est en panne, sans doute à cause des bougies. Je suis contrarié. Je vais consulter mon garagiste. Si seulement j’étais expert en mécanique ».

Et je demande aux participants : « Que répondriez-vous spontanément à cette personne ? » Et voici quelques-unes des réponses fréquentes : « Veux-tu que je regarde d’où vient la panne ? » ou « Je connais quelqu’un qui est mécanicien et te réparera ça ! » ou « Tu as raison, va chez le garagiste ! » ou « Je peux t’emmener quelque part » ou « Je n’y connais rien mécanique je ne peux pas t’aider » ou « moi non plus je ne suis pas expert en mécanique… » ou « Ne t’inquiète pas, ce n’est pas si grave ! »

En analysant ces réponses spontanées, nous constatons qu’elles sont toutes gentilles et veulent aider la personne… mais aussi que ces réponses parlent d’abord de nous : ce que nous pouvons faire pour lui, ce que nous ferions à sa place…

Mais au fait, pourquoi cette personne vient-elle nous dire cela ? Qu’est-ce qui la contrarie ? De quoi a-t-elle besoin ? En relisant ce qu’elle nous dit, nous constatons qu’il n’y a pas de précisions, ni de demande précise. Alors généralement, chacun y va de son interprétation : « il a peur que la réparation coûte cher »… « il est contrarié parce qu’il ne sait pas d’où vient la panne… ou parce qu’il est en train de rater un rendez-vous important… ou parce qu’il a oublié son téléphone et ne peut pas appeler son garagiste… ou encore il a seulement besoin de parler, il se sent nul de ne pas pouvoir se sortir tout seul de cette situation… » Mais toutes ces interprétations ne parlent encore une fois que de nous, et rien de ce qu’il nous a dit ne nous permet de vérifier qu’elles sont justes !

Alors qu’est-ce qui contrarie cette personne ? De quoi a-t-elle besoin ? Force est de constater qu’il ne nous l’a pas dit… Et nous, nous avons tous une solution à lui donner, sans rien savoir de ce qui le contrarie vraiment et de ce dont il a besoin !!! Cette solution proposée parle d’abord de nous, de ce que nous savons ou pouvons faire pour lui… Certes nous avons été gentils avec lui, mais nous ne l’avons pas écouté !

Cette attitude est si fréquente quand nous voulons aider l’autre ! Avec toute notre bonne volonté nous lui proposons nos propres solutions, sans prendre le temps d’accueillir ce qui le contrarie et ses besoins. Ou bien avec générosité, nous nous préoccupons de ce que nous pouvons faire pour lui plutôt que de nous préoccuper d’abord de sa contrariété à lui et de sa demande. Nous croyons l’apaiser et le rassurer en lui disant : « Ne t’inquiète pas, ce n’est pas grave » sans savoir si c’est grave pour lui ni ce qui est grave.

La bonne solution est simple : elle consiste à lâcher notre réflexe de trouver tout de suite la solution : comment trouverions-nous la bonne solution tant que nous ne connaissons pas ce qui fait problème pour lui ? Il s’agit de se « décentrer » en accueillant l’autre tel qu’il est, en écoutant vraiment ce qu’il dit et pas seulement ce que nous entendons, en lui demandant les précisions nécessaires au lieu de nous lancer dans nos interprétations. Et pour ce faire, deux questions toutes simples et fondamentales :

  • « Qu’est-ce qui te contrarie ? qu’est-ce que ça te fait ? » La plupart du temps en effet, nos difficultés ne viennent pas de ce qui s’est passé mais de la manière dont nous avons réagi : les faits ne sont que des déclencheurs de nos réactions. Et devant le même fait, l’un va réagir avec humour, l’autre avec inquiétude, un troisième avec agressivité… Même si la réaction émotionnelle de l’autre vous surprend et vous paraît démesurée, accueillez-la sans la prendre sur vous, laissez-le mettre ses mots sur sa contrariété : il n’y a pas encore de solution trouvée, mais il est déjà apaisé et rassuré parce qu’il a pu vider son trop plein d’émotion ! Il va pouvoir regarder le problème avec une meilleure distance, il va être plus apte à trouver la bonne solution…
  • « De quoi as-tu besoin ? » Lui seul sait de quoi il a vraiment besoin. Et c’est ce besoin insatisfait qui a déclenché sa réaction et sa contrariété. Souvent il ne réussira à nommer ce besoin que lorsqu’il aura pu « vider » cette contrariété. Une fois son vrai besoin exprimé, vous aurez alors tout loisir de chercher avec lui la manière de satisfaire ce besoin… Et si vous-même n’avez pas la capacité ou la possibilité de répondre à son besoin, vous pourrez alors lui proposer de transmettre le relais à une personne disponible ou compétente…

Essayez ces deux questions… Essayez de vous « décentrer » de cette manière : vous verrez que vous y gagnerez en compréhension et en efficacité. Et que l’autre sera tellement fier d’avoir retrouvé ses moyens, grâce à votre accueil !

Carl ROGERS (le grand psychologue américain du développement centré sur la personne et de l’empathie) parlait de l’écoute centrée sur soi où j’interprète tout à partir de mes points de repère à moi, où  je n’écoute pas vraiment l’autre tellement je suis préoccupé par ce que je peux faire pour lui… Dans cette écoute centrée sur moi, je me pose souvent en sauveur, soumettant l’autre à emprunter mes propres chemins pour sortir de ses problèmes… ou bien je fuis car j’ai trop peur de ne pas savoir, de ne pas pouvoir, de ne pas vouloir…

Carl ROGERS prônait au contraire l’écoute centrée sur l’autre où je me « décentre » vers l’autre, dans une attitude d’écoute et d’accueil de ce qu’il vit, de la manière dont il le vit, et où je cherche à accompagner l’autre à la découverte de ses ressources propres, pour qu’il soit acteur de la solution de son problème…

Maintenant, comprenez-vous pourquoi je préfère remplacer le mot « aider » par le mot « accompagner » ?

Marc THOMAS, Consultant formateur en « Compétences relationnelles »
mars 2017

Téléchargez cet article en pdf

Mon enfant intérieur

Cette personne m’envoie la photo d’elle quand elle était petite fille et m’écrit :

Elle :
Tu reconnais cette petite fille?
C’est une photo qu’un membre de ma famille a retrouvé. …
Elle me parle beaucoup !

Moi :
Oh oui je la reconnais bien !
Elle te parle de quoi ? (si ce n’est pas indiscret !!!)

Elle : Je ne sais pas trop définir,  j’ai été comme hypnotisée par ce regard fixe et cette figure triste. J’ai eu envie de caresser cette petite fille, de lui donner de la tendresse. De lui dire et donner tout ce que j’aurais voulu que l’on me donne à ce moment de ma vie (sans savoir vraiment si je n’avais pas cela mais  je n’ai pas de souvenir précis de mon enfance, en tout cas pas de moment joyeux et tendre)

En regardant cette photo de nombreuses questions me sont venues.

C’est comme si j’avais pu voir mon enfant intérieur … voilà en quoi cette photo me parle beaucoup.
Maintenant je ne sais pas trop ce que je dois faire avec ça … peut être rien !
En tout cas je la trouve belle cette petite fille !

Moi :
Quand j’ai vu la photo, ça m’a sauté aux yeux immédiatement : la beauté et la souffrance.
Je n’ai rien voulu te dire tout de suite pour ne pas influencer ton regard.
Mais ce que tu m’écris correspond bien à ce que j’ai senti…
Cette petite fille que tu portes en toi depuis toujours… et dont la souffrance émergeait souvent en toi ces dernières années…

Elle est très juste ton envie de « caresser cette petite fille et de lui donner de la tendresse ».
Fais-le, sans réserve !

En lui donnant aujourd’hui la tendresse dont elle a manqué, tu vas lui permettre de cicatriser ses souffrances et de sortir de la tristesse…

Maintenant, cette belle petite fille, cette souffrance ou cette tristesse, tu peux en prendre soin tendrement. Ainsi tu vas les réintégrer et les transformer en énergie dans ton élan d’aujourd’hui…

Chemin de larmes, peut-être, mais chemin de bonheur…

Elle :
Merci, Marc, je suis émue…

Moi :
Bien à toi, Marc…               Jaillissement130x81        mthomas@competences-relationnelles.com

PDF1et merci à cette personne de m’avoir autorisé à partagé cet échange de courrier
pour qu’il puisse servir à d’autres

 

 

Écoute active

Lettre à une amie…

Ce que tu dis sur l’écoute sonne juste à mes oreilles : « parfois, juste l’écoute est nécessaire, et en parlant la personne se libère et trouve elle-même les solutions. » Je suis témoin de cela très souvent. C’est la merveille de l’écoute qui laisse l’autre autonome sur son chemin de libération.

Tu ajoutes qu’il faut du temps, et tu prends l’exemple de la pause sur un banc pendant une randonnée. De la même manière, je prends souvent l’exemple des semailles faites à l’automne, et de ces longs hivers où il semble qu’il ne se passe rien, sinon la froidure… et pourtant c’est le temps nécessaire pour que s’enracinent les pousses du printemps… Dans cette dimension de l’écoute, l’accompagnant marche à côté ou même derrière l’écouté, il marche au pas de l’autre qui est le vrai pilote de l’avancée.

Cette dimension de l’écoute « au rythme de l’autre » est capitale, mais à elle seule, elle n’est pas l’écoute active.  Car une deuxième dimension est nécessaire : il s’agit alors de la partie plus directement « active » de l’écoute : il s’agit ici de refléter à l’autre une part de ce qu’il a exprimé ou manifesté mais qu’il n’a pas « entendu » lui-même. Il peut s’agir de faire remarquer à l’écouté un élément qu’il semble n’avoir pas vu ou avoir laissé de côté… ou de relever un mot qui semble étrange dans le contexte de ce qu’il dit… ou de lui répéter les premiers mots d’une phrase qu’il n’a pas terminée… Cette démarche peut être parfois bousculante pour l’écouté car elle le met parfois devant ce qu’il cherche encore à éviter.

Mais cela ne peut se faire que si l’écouté peut avoir l’énergie de réagir à ma « bousculade ». Et je vais solliciter sa réaction et l’accueillir telle qu’elle vient : « Qu’en penses-tu ? ou plutôt… pour t’encourager à ne pas trop mentaliser sur tout ça ( !) : que ressens-tu en lisant cela ? »

Et à nouveau, entendant sa réaction, je vais reprendre l’attitude de l’écoutant qui marche derrière : je ne vais pas d’abord chercher à lui expliquer ce que j’ai voulu, et encore moins chercher à lui « faire comprendre » quoi que ce soit : ce faisant, je me remettrais au centre, comme celui qui sait et prend le pouvoir sur l’autre.

Je vais au contraire accueillir sa réaction, et le laisser choisir où il veut aller dans cette nouvelle étape… même si cela ne correspond pas à ce que j’imaginais…

Parce que c’est lui, l’écouté, qui est au centre… et c’est lui, l’écouté, qui pilote…

Bien à toi…

Marc                         Jaillissement130x81                 mthomas@competences-relationnelles.com
Téléchargez cet article en pdf

Attention à nos interprétations !

Couverture2Je devais arriver chez une proche que je vois une fois par an et avec qui les relations sont parfois difficiles. Comme convenu entre nous, je lui téléphone pour annoncer mon arrivée vers 16h. Elle me répond : « Nous allons à la plage à 16h. Si on n’est pas là, tu trouveras la clef à tel endroit. » Je ne dis rien, mais je rumine : « Ca fait un an qu’on ne s’est pas vu, et elle ne peut même pas changer son programme de loisirs pour être là pour m’accueillir. » Il s’en suit toute une liste de pensées négatives qui réactivent les souvenirs de relations tendues avec elle : une fois de plus, je ne compte pas à ses yeux… Elle ne pense qu’à elle…

J’ai fini par arriver. Elle n’était pas allée à la plage car il pleuvait ! Le lendemain, son fils et ses petits enfants s’annoncent pour 17h après toute une journée de route. Ses petits enfants sont tout pour elle. Et je l’entends répondre à son fils au téléphone : « D’accord mais on va à la plage à 16h, vous trouverez la clef à tel endroit… ou bien rejoignez-nous à la plage. » Je suis surpris : elle agit avec ses petits enfants qu’elle adore comme avec moi !

Première découverte : je me suis trompé hier en interprétant son absence comme un rejet de moi. C’est seulement sa manière à elle de vivre et de gérer ses priorités.

Vers 16h15, nous sommes en route pour la plage et son fils appelle à nouveau : « nous serons là dans une demi-heure. » Elle répond : « on va à la plage, rejoignez-nous ! » Dans ma logique à moi, je lui dis : « Si ton fils et tes petits-enfants arrivent, on peut rentrer à la maison pour les accueillir ». Elle me répond : « Non, il connaissent la maison et ils peuvent nous rejoindre à la plage ».

Deuxième découverte : sa manière d’accueillir n’est pas la même que la mienne. J’aurais changé mon programme pour accueillir ceux qui arrivaient chez moi. Elle invite ceux qui arrivent à la rejoindre pour partager ce qu’elle est en train de vivre. Nous sommes différents, nous n’avons pas les même priorités.

Je continue à avoir du mal à comprendre qu’on ne change pas son programme, quand c’est possible, pour accueillir ceux qui arrivent. Mais au nom de quoi pourrais-je la juger ? Moi, je lâche mes activités pour accueillir l’autre et je n’ai pas envie de changer cela. Elle invite l’autre à la rejoindre dans ses priorités et, signe de confiance, laisse l’autre ouvrir sa maison et s’installer chez elle-même en son absence. Qui a tort ? Qui a raison ? Personne ! Chacun de nous vit à sa manière le lien entre ses priorités et ses relations.

Dans cette situation simple de vacances et de tensions relationnelles, j’ai beaucoup appris à vivre dans le quotidien ce que je transmets en formation : nos interprétations parlent d’abord de nous et du sens que nous donnons aux comportements. Malheureusement, nous nous servons de ces interprétations qui parlent de nous pour juger les autres, sans même chercher le sens qu’eux-mêmes donnent aux actes qu’ils posent !

La prochaine fois que tu vis une tension relationnelle, au lieu de partir d’emblée à juger l’autre, demande-toi d’abord : comment j’interprète cette situation ? Qu’est-ce que ça dit de moi, de mes priorités, du sens que je donne à mes actions ? Et ensuite seulement essaye de constater et de comprendre – et pas de juger – comment l’autre fonctionne et quel sens il donne à ses comportements. Tu constateras des différences. Il pourra y avoir des désaccords. Mais plus de jugements ni de rumination qui ne sont que de l’autodestruction !                   

Marc THOMAS, Consultant-Formateur en « Compétences relationnelles »
août 2014

TéléPDF1charger

Restaurer le dialogue

FCouverture2rançoise* parle de son fils adolescent : depuis quelques mois, il ne parle plus. Il travaille bien à l’école, mais lorsqu’il rentre à la maison, il va directement dans sa chambre, et il n’en sort que pour manger. Françoise lui reproche ce silence, et tel ou tel de ses comportements qui ne lui conviennent pas.

Mais elle souffre de cette situation et se trouve totalement démunie, craignant que son fils aie de mauvaises fréquentations et se mette à faire des bêtises comme le font d’autres adolescents. Alors elle multiplie les mises en garde, elle interroge son fils pour vérifier qu’il ne fait pas de bêtises, elle lui demande sans cesse pourquoi il s’enferme dans sa chambre. Mais elle se heurte toujours au même silence.

 Dans le même temps, Françoise participe à une formation professionnelle à la gestion de conflits. Elle y apprend les dégâts causés par les reproches et les accusations projetées sur l’autre. Elle y apprend aussi à « parler en je », c’est-à-dire à exprimer ce qu’elle a perçu des faits, ce qu’elle ressent, ce dont elle a besoin, ce qu’elle demande à l’autre ou ce qu’elle refuse… On lui avait tellement appris qu’il ne fallait pas dire « moi je » qu’elle s’en sortait avec des « tu » accusateurs qui finissaient par tuer la relation.

De retour chez elle, elle s’est mise à « parler en je » et à exprimer ses ressentis devant son fils. Elle raconte : « J’ai mis ce qui faisait mal à plat. » Elle disait ses préoccupations, ses espoirs, ses souffrances, elle parlait de ses émotions… Quelle ne fut pas surprise de voir son fils rester là pour l’écouter, puis lui répondre qu’il était là et qu’elle n’était pas toute seule avec ses difficultés.

Loin de repartir s’enfermer dans sa chambre comme avant, son fils s’est ensuite mis à parler aussi de ce qu’il vivait à l’école : ses copains qui lui reprochent de ne pas venir avec eux fumer de la drogue ou boire de l’alcool, l’étonnement de ses copains parce qu’il n’avait pas de copine… Et puis il a dit aussi qu’il voulait repartir dans la région où ils vivaient avant parce qu’il avait laissé là-bas ses meilleurs copains.

Et depuis ce jour où Françoise a quitté le « tu » accusateur pour le « je » qui exprime, un dialogue régulier s’est réinstauré avec son fils. Elle discute avec lui de son orientation scolaire et il accepte de faire avec elle les démarches nécessaires pour préciser cette orientation. Elle peut aussi lui dire son désaccord, et même parfois les limites ou les règles que tout parent peut poser à son enfant… Cette juste autorité n’interrompt pas le dialogue, mais elle s’intègre dans une relation nouvelle où chacun peut être lui-même et exprimer ce qui est important pour lui, dans le respect et l’écoute mutuels.

Merci à toi, Françoise, et à ton fils, de nous montrer qu’il est toujours possible de reprendre le dialogue. Entre vous deux, c’est allé vite, car ton fils était lui aussi dans l’attente d’un dialogue où il se sentirait respecté. Ce n’est pas aussi facile pour tout le monde : l’habitude prise de se taire a pu figer toute parole, ou bien les tensions sont si fortes que la méfiance ne disparaît pas du premier coup.

Et pourtant, chaque fois qu’une personne quitte les reproches pour exprimer ses propres ressentis, l’autre encore dans la méfiance est surpris par le changement de posture. Le moment venu, cela rendra possible la restauration progressive d’une relation. Un regard bienveillant permet d’entretenir l’espoir, d’attendre patiemment que vienne le moment… et de continuer à s’exprimer de façon sereine et constructive.                   

Marc THOMAS, Consultant Formateur en « Compétences relationnelles »
Avril 2014

Télécharger au format PDF

Écouter plus loin

Couverture2Je suis allé chez un ostéopathe pour une sciatique de la jambe gauche. Je signale au praticien un détail supplémentaire : j’ai comme des décharges électriques dans un doigt de la main gauche depuis une chute. Surprise : il s’occupe d’abord du détail, le doigt (« mais ce n’est pas d’abord pour ça que je suis venu ! »). Puis il remonte vers l’épaule : c’est elle qui est bloquée et qui est la cause de tout le reste !

L’ostéopathe pose délicatement ses mains sur l’épaule, le bras, le poignet, le déplace le long des points sensibles et des circuits d’énergie et, sans faire mal, jusqu’au bassin, jusqu’à ce point qui faisait mal avec la sciatique.

 Au bout de quelques minutes d’une manipulation très douce, je sens une détente dans le l’épaule et le bras, et un grand bien être dans tout le corps. Je ressens physiquement une tension libérée et une sorte de courant d’énergie. Au même moment, l’ostéopathe me dit : « ça lâche ! »

 Il termine son travail sur mon coude, toujours avec délicatesse, mais une douleur se fait sentir. Il me dit « c’est bien verrouillé, il faudra plusieurs séances pour que ça lâche complètement. » Puis il m’invite à me relever, en me prévenant qu’il est normal que je sente des courbatures dans les heures et jours prochains.

 Sur la table de travail de l’ostéopathe, j’ai pensé que l’écoute et l’accompagnement ont quelque chose à voir avec l’ostéopathie… Dans des accompagnements individuels, nous venons souvent évoquer des problèmes douloureux dont nous ne savons pas comment sortir. Ils sont tellement envahissants qu’ils occupent tout le champ de notre conscience. Souvent l’écoutant nous interpelle sur une parole qui nous paraît être un détail insignifiant ; ou bien il nous invite à chercher dans notre mémoire émotionnelle et mentale d’autres évènements qui ont pu déclencher les mêmes réactions que celles d’aujourd’hui. Nous voudrions qu’il nous apporte la solution au problème d’aujourd’hui, mais il nous oriente avec délicatesse sur ce qui a pu le déclencher et qui vient de plus loin

La personne qui nous écoute nous accompagne pour identifier le problème et son origine. Sans jugement, sans interprétation, sans nous prendre en pitié, sans non plus souffrir avec nous. Mais avec délicatesse, dans une présence attentive. Cette attitude merveilleuse, qui s’appelle l’empathie, suffit souvent à nous permettre de trouver les clefs de nos verrous et de nos ruptures.

Nous nous sentons alors moins écrasés, allégés et libérés, même si la solution n’est pas encore trouvée. Ce travail demande du temps, pour enlever les sédiments accumulés, toutes ces résistances et blocages qui nous ont peut-être protégés au fil des ans, mais en nous verrouillant de l’intérieur. Grâce à l’écoute empathique, l’énergie libérée par notre parole nous a soignés. Sans la main de l’ostéopathe, je ne peux pas libérer le blocage de l’épaule. De même, depuis des années peut-être, nous n’avons pas a réussi à sortir tout seul du problème qui nous verrouillait : c’est quand notre parole est accueillie et écoutée qu’elle devient libératrice.

 Marc THOMAS, Consultant Formateur en « Compétences relationnelles »
Février 2014

Télécharger au format PDF

Communication bienveillante

Couverture2Confrontés à une situation relationnelle difficile, chacun de nous à tendance à vouloir se justifier ou à chercher à convaincre l’autre : « tu as tort, j’ai raison » ou encore « il faut que je lui fasse comprendre… ». Nous nous acharnons parfois… même si nous avons déjà fait l’expérience que ces stratégies de passage en force ne marchent pas.

La « Communication Non Violente » inventée par Marshal Rosenberg est une méthode garantie sans violence pour permettre d’entendre l’autre et d’être entendu, même en situation difficile. Il s’agit d’un processus en 4 étapes que j’ai traduites de la manière suivante :

  1. Qu’est-ce qui s’est passé ? Il s’agit des FAITS, ou plutôt d’exprimer et d’accepter les points de vue légitimement différents de chacun. Plutôt que de chercher qui a raison ou tort, il s’agit de rechercher la complémentarité de nos différents points de vue.
  2. Qu’est-ce que ça m’a fait ? Qu’est-ce que ça t’a fait ? Il s’agit des RESSENTIS, très importants à exprimer car ce sont eux qui motivent nos réactions et, souvent, nourrissent agressivité et rancœur… Ces ressentis parlent de l’objet actuel du désaccord, mais surtout ils réveillent des souvenirs douloureux d’autres situations vécues dans d’autres contextes, non traitées et réactivées aujourd’hui.
  3. De quoi j’aurais – tu aurais besoin pour être bien ? Il s’agit ici des BESOINS humains fondamentaux tels que A. Maslow les a décrits : survivre, être en sécurité, être relié à d’autres humains, être reconnu et valorisé, s’accomplir… Ces besoins déclenchent nos ressentis et émotions, selon qu’ils sont satisfaits ou insatisfaits. Ces besoins-là sont toujours légitimes et doivent être pris en compte. Les faire taire multiplierait stress et mal-être.
  4. Qu’est-ce qu’on fait ? Quelles demandes exprimer ? Quelles solutions envisager ? Si les besoins de chacun sont exprimés et reconnus, il n’y a plus de violence. Mais la violence reviendrait si je faisais pression sur l’autre pour l’obliger à me satisfaire. Mes besoins sont légitimes, mais leur satisfaction est de ma responsabilité. Je peux demander à l’autre, mais pas l’obliger, sinon il serait soumis à mon besoin. Ici peut s’ouvrir une négociation constructive dans une relation respectueuse : les besoins de chacun seront nommés et pris en compte, l’autonomie de chacun sera valorisée, et des solutions nouvelles seront élaborées.

 Ainsi, en 4 étapes à la portée de tous, on aura abandonné le rapport de force où chacun cherche à avoir raison et à prouver que l’autre a tort. Chacun avait au départ sa version des faits et campait sur ses positions. Les 4 étapes auront permis de construire ensemble une 3ème version des faits basée sur nos complémentarités : chacun aura lâché un peu de sa « position » figée pour gagner ensemble, avec respect, une stratégie commune prenant en compte les besoins de chacun. Cette relation-là a de l’avenir !

 Marc THOMAS, Consultant Formateur en « Compétences relationnelles »
mai 2012

Télécharger cet article au format PDF

2 interview sur la Communication non violente :

 

Quand je parles, est-ce que tu m’entends ?

Couverture2Ne vous est-il jamais arrivé de vouloir parler de quelque chose qui vous tient à cœur à un ami, et d’entendre celui-ci vous dire : « Ah oui, c’est comme moi… ». Et votre écoutant se met à vous raconter sa vie alors que vous aviez besoin d’être écouté…

Lorsque quelqu’un me parle, je l’entends, mais ce qu’il dit m’évoque des situations semblables que j’ai vécues, ou réveille des sentiments que j’ai moi-même ressentis… Par exemple, si j’ai des enfants et que quelqu’un me parle de ses difficultés avec un ado, je risque d’entendre ce qu’il dit à travers ma propre expérience avec mes enfants ados… Et je vais répondre à l’autre ce qui me convient à moi dans ma situation personnelle…

Mon expérience me permet de comprendre l’autre, mais elle risque aussi de m’empêcher d’entendre ce qu’il dit vraiment et qui ne parle que de lui. Il a un ado, moi aussi, et nous avons ensemble des difficultés relationnelles avec nos ados… Mais ce que veut dire la personne que j’écoute est toujours unique et spécifique, et différent de ce que cela m’évoque dans mon univers à moi.

Écouter, c’est toujours se décentrer de soi pour se centrer sur l’autre. Lâcher mes propres filtres. Laisser de côté mes interprétations qui ne parlent que de moi. Nommer mes ressentis à l’écoute de l’autre, mais les mettre de côté et les traiter ailleurs, pour que mes ressentis n’agissent pas comme un écran en l’écouté et moi, m’empêchant de ressentir ce que lui ressent..

Pour comprendre l’autre, je peux lui poser des questions (mais attention, ce n’est pas une enquête !). Je peux surtout reformuler : « Si j’ai bien compris, tu m’as dit que… » Si c’est juste, l’écouté se sent compris et entendu. Si c’est faux, il va lui-même corriger et me donner les précisions nécessaires.

Si vous voulez vraiment écouter l’autre, sans interprétations ni jugements, trois questions simples :

  • comment ça s’est passé de ton point de vue ?
  • qu’est-ce que ça t’a fait ?
  • de quoi as-tu besoin pour être bien ?

Ces trois questions permettent à l’écouté de parler à partir de lui ; elles m’empêchent d’interpréter à partir de mes repères à moi toujours différents des siens. Elles permettent à l’écouté de trouver lui-même ses solutions : s’il nomme ses besoins insatisfaits, nous allons chercher ensemble comment les satisfaire !

Marc THOMAS, Consultant Formateur en « Compétences relationnelles »
novembre 2011

Télécharger au format PDF

Centré sur soi… Centré sur l’autre…

Couverture2A la fin d’une formation , un participant me disait : « Si je comprends bien, quand on est centré sur soi, on parle à l’autre en « tu », et quand on est centré sur l’autre, on lui parle en « Je ». C’est tout-à-fait ça !

Si tu es centré sur toi, tu vas dire à l’autre : « tu devrais faire comme ci ou comme ça… A ta place, je dirais ça… » Mais tu risques de projeter sur l’autre, sans l’avoir vraiment écouté, les conseils qui sont bons pour toi, les avis qui expriment ton point de vue… Tout cela ne parle que de toi…

Si tu es centré sur l’autre, tu vas d’abord chercher à comprendre : pourquoi pense-t-il cela ? Pourquoi ne voit-il pas la réalité de la même manière que moi ? Pourquoi prend-il cette position ? Lui seul le sait, et, en te le disant, peut le clarifier pour lui-même… Il a alors toutes les chances de trouver par lui-même, mais grâce à ton écoute, la solution qui est bonne pour lui…

Si chacun est centré sur soi dans un conflit interpersonnel, tu sais bien ce qui va se passer : chacun va chercher à convaincre l’autre qu’il se trompe, puis chacun va camper sur ses positions en jugeant l’autre, et cela se fait en « tu » souvent blessant : « Tu ne comprends rien… Avec toi c’est toujours pareil… Tu dis n’importe quoi… ». Et ce tu « tue » : il accuse, il juge à partir de MA vérité à moi (toujours partielle) que j’ai transformée en LA vérité universelle !

Si dans un conflit, tu peux te centrer sur l’autre, tu vas renoncer à convaincre et à faire passer le message : tu sais bien d’ailleurs que cela ne marche jamais, alors pourquoi te fatiguer ?! Tu vas chercher à comprendre les raisons qui le conduisent à penser, à ressentir, à agir autrement que toi. Dans la négociation, tu pourras aussi lui demander de t’écouter et tu parleras en « Je » pour lui dire comment tu vois les choses, ce que tu ressens, ce que tu proposes. Chacun de vous alors pourra dire : « Je suis d’accord, ou je ne suis pas d’accord… Je propose… Je demande… Je refuse… » Et si chacun peut être respecté dans son « Je », alors il y a toutes chances que vous puissiez trouver un compromis, grâce au respect mutuel…

Être « centré sur l’autre » demande une réciprocité : que l’autre accepte aussi de m’écouter et de respecter mon point de vue, mes ressentis, mes valeurs. Dans quelques rares cas, l’autre s’y refuse. Il faudra alors constater l’échec de la relation et se protéger des attaques possibles. Car il ne s’agit jamais de se soumettre à l’autre ni de se taire devant lui. Lorsque chacun accepte de se centrer sur l’autre, les deux ouvrent un espace où chacun peut s’exprimer et être entendu : ils se construisent ensemble les conditions d’une relation sereine et durable.

Marc THOMAS, Consultant-Formateur en « Compétences relationnelles »
août 2011

Télécharger au format PDF